Accueil du site >Histoire du Québec >100 ans de production et de diffusion de notre histoire >3e séance (table ronde) : le rapport à l’histoire depuis Groulx

3e séance (table ronde) : le rapport à l’histoire depuis Groulx

Date : Samedi 18 avril 2015, de 10 h 00 à 13 h 30

Enregistrement : Écouter la séance (1 h 52 m)

Animation : Karine Hébert, directrice du programme d’études de cycles supérieurs en histoire au Département des lettres et humanités de l’Université du Québec à Rimouski

KARINE HÉBERT est professeure d’histoire à l’UQAR. Ses recherches et publications portent sur l’histoire des femmes, de la jeunesse et du patrimoine dans le Québec contemporain. Elle est notamment l’auteure de Impatient d’être soi-même. Les étudiants montréalais, 1895-1960, prix des fondateurs de la Société canadienne d’histoire de l’éducation en 2010. Elle est membre du conseil d’administration de l’IHAF.


1ère conférence : « La radio publique et l’histoire », Lynda Baril, réalisatrice à la radio de Radio-Canada

Passionnée d’histoire, LYNDA BARIL est réalisatrice à la radio de Radio-Canada. Elle a produit plusieurs séries documentaires historiques, dont La Révolution tranquille : 50 ans après, Les enfants de la Crise d’octobre, L’invention de la radio et, 14-18 : La Grande Guerre de Canadiens. Elle a également publié, aux Éditions La Presse, Nos Glorieuses : plus de cent ans de hockey féminin au Québec.

Crédit photo : Josée Dupuis.


JPEG2e conférence : « L’histoire nationale entre folklorisation et oubli », Jacques Beauchemin, professeur à l’Université du Québec à Montréal

JACQUES BEAUCHEMIN est professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal. Il se spécialise en sociologie politique et en sociologie de la société québécoise. Depuis quelques années, ses travaux ont porté sur les transformations de la question nationale québécoise à la lumière de la recomposition de la communauté politique désormais caractérisée par son pluralisme. Auteur de très nombreux articles sur la question du Québec, il a notamment fait paraître, en 2002 chez VLB éditeur, L’histoire en trop. Ce livre s’est mérité le prix Richard-Arès en 2002.


3e conférence : « Enjeux de la discipline historique dans le milieu universitaire depuis 1947 », Martin Pâquet, professeur à l’Université Laval

MARTIN PÂQUET a enseigné au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Il est actuellement professeur titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval. Depuis 2010, il est le titulaire de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d’expression française en Amérique du Nord (CEFAN). Œuvrant en anthropologie historique, il s’intéresse aux multiples expressions des cultures politiques au Québec, au Canada et dans les francophonies nord-américaines depuis les Révolutions de la fin du 18e et du début du 19e siècle jusqu’à nos jours. Ses intérêts s’étendent aussi aux études migratoires dans une perspective transnationale et à la place de l’histoire dans l’espace public.


4e conférence : « L’histoire, la mémoire et la recherche de l’identité perdue », Martin Petitclerc, professeur à l’Université du Québec à Montréal

MARTIN PETITCLERC est professeur au département d’histoire de l’UQAM. Il est directeur du Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS). Ses projets de recherche portent actuellement sur l’histoire des inégalités sociales, l’histoire des lois spéciales et l’historiographie. Ses publications ont été récompensées par le prix Lionel-Groulx et le prix Guy-et-Lilianne Frégault de l’Institut d’histoire de l’Amérique française, ainsi que le prix Clio-Québec de la Société historique du Canada.

« Libérez toutes les formes de beauté en puissance dans le génie natal, libérez les poèmes qui attendent l’heure de naître, afin qu’un jour prochain, dans ce petit pays redevenu libre et beau, un peuple sente, à en pleurer d’émotion, la joie et la grandeur de vivre. »
Lionel Groulx, 12 février 1936.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0