Accueil du site >Histoire du Québec >Bibliothèque de l’histoire du Québec >Brève histoire des Canadiens français (Yves Frenette)

Brève histoire des Canadiens français (Yves Frenette)

JPEG Titre : Brève histoire des Canadiens français

Auteur : Yves Frenette (1955-), avec la collaboration de Martin Pâquet (1963-)

Éditions : Montréal, Éditions du Boréal, 1998, 209 p.

Description : La brève synthèse de l’histoire des Canadiens français de l’historien Yves Frenette est destinée au grand public. Dans l’introduction, l’auteur explique sa démarche : les derniers ouvrages qui avaient le « Canada français » pour objet de synthèse historique étaient Histoire du Canada français de Lionel Groulx (1950-52) et The French Canadians, 1760-1945 de Mason Wade (1955). Il y avait donc un intérêt certain, en 1998, à présenter une nouvelle histoire des Canadiens français qui ne s’arrêterait pas dans les années 1940 ou 1950 et surtout qui tiendrait compte des acquis historiographiques de la deuxième moitié du 20e siècle.

La matière du livre est divisée en cinq chapitres : « La naissance d’un peuple, 1535-1760 », « À l’ombre des conquérants, 1760-1840 », « Le Canada français à l’unisson, 1840-1918 », « Les chemins de la différence, 1918-1967 », « Des identités en conflit, de 1967 à nos jours ». Comme les titres des chapitres le suggèrent, le thème principal traité par l’auteur est la mutation identitaire d’un peuple francophone d’Amérique qui se désignait généralement sous le nom de « Canadiens français » entre 1840 à 1960 et dont les descendants se disent aujourd’hui Québécois, Franco-Ontariens, Franco-Manitobains, Franco-Américains, etc.

Bien que le livre ne fasse qu’environ 200 pages [1], l’auteur réussit à couvrir les dimensions politique, économique, sociale et culturelle de l’histoire d’un peuple qui a vécu non seulement chez lui au Québec, mais en communautés diasporiques dans toutes les régions de l’Amérique du Nord.

Références : Gratien Allaire, RHAF, vol. 52, n° 4, 1999, p. 570-572. ; Danielle Dufresne, Politique et Sociétés, vol. 18, n° 2, 1999, p. 149-151. ; Robert Choquette, Social History / Histoire Sociale, vol. 32, n° 63, 1999, p. 116-119. ; Paul-Émile Roy, L’Action nationale, vol. LXXXVIII, n° 10, déc. 1998, p. 169-171.

En ligne : editionsboreal.qc.ca

Notes

[1] La première version de Brève histoire des Canadiens français est un long article intitulé « French Canadians » que l’auteur a rédigé en 1992 pour l’Encyclopedia of Canada’s Peoples dirigée par Paul Robert Magocsi et produite par la Multicultural History Society of Ontario. (L’ouvrage, publié par University of Toronto Press en 1999, est aujourd’hui accessible en ligne via le site Multicultural Canada.)

« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0