Accueil du site >La Fondation >Publications >Clés pour l’histoire de Montréal

Clés pour l’histoire de Montréal

NOTE : Depuis mai 2015, il est possible de consulter une édition à jour de cette bibliographie à l’adresse suivante : http://bibliomontreal.uqam.ca


JPEGMontréal occupe une place importante dans l’histoire du Québec et du Canada. L’intérêt que lui ont voué les historiens depuis de nombreuses générations en témoigne éloquemment. Héritière d’une longue tradition, la recherche sur l’histoire de Montréal a connu un essor considérable depuis le début des année 1970.

Le volume croissant des publications sur l’histoire de Montréal rendait nécessaire la production d’un instrument de travail qui permettre aux chercheurs et aux amateurs d’histoire de s’y retrouver. Voilà le besoin que cette bibliographie veut combler. Sa réalisation est le fruit du travail d’une équipe de chercheurs de l’Université du Québec à Montréal et de l’Université McGill.

La bibliographie rassemble 3988 études à caractère scientifique portant sur l’un ou l’autre aspect de l’histoire de Montréal (ouvrages, brochures, articles, thèses). La grille de classement, qui regroupe la matière sous six chapitres, a été établie en fonction de la chronologie et des grands thèmes. Index des sujets et des auteurs.

Publié par les Éditions du Boréal, 1992, 247 p. ISBN 2-89052-486-8
Diffusion au Canada : Dimedia / Distribution en Europe : Éditions du Seuil

« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0