Accueil du site >Actualité >Décès de Me Yvon Martineau

Décès de Me Yvon Martineau

mercredi 29 juillet 2015

La Fondation Lionel-Groulx a le regret d’annoncer le décès, aujourd’hui le 29 juillet, de Me Yvon Martineau, avocat de formation, qui a été membre de notre conseil d’administration et qui nous a apporté une grande contribution.

Rappelons la riche carrière de Me Yvon Martineau au service du développement de la société québécoise et de l’essor de plusieurs de nos grandes entreprises. Il a dirigé d’importantes opérations qui ont considérablement influencé l’évolution des institutions financières au Québec, dont le Mouvement Desjardins. Me Martineau a été président du Groupe de travail sur l’encadrement du secteur financier au Québec. Il a été président du conseil d’administration d’Hydro-Québec et a siégé à plusieurs conseils d’administration de sociétés, dont celui du Groupe Jean Coutu. Il a été aussi fiduciaire fondateur et président de la Fondation du patrimoine de Gilles Vigneault. Il a été récipiendaire du Prix de Reconnaissance de l’Amicale du Petit Séminaire de Québec en 1996 et du MBA de l’année, décerné par l’Association des MBA du Québec, en 1995.

Le conseil d’administration, les membres et le personnel de la Fondation Lionel-Groulx expriment leurs plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Me Yvon Martineau.

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0