Histoire du Québec (Marc Durand)

JPEG Titre : Histoire du Québec

Auteur : Marc Durand (1948-)

Éditions : 1ère éd. : Paris, Éditions Imago, 1999, 240 p. ; 2e éd. rev. et augm : Paris, Éditions Imago, 2002, 236 p. ; 3e éd. : Paris, Éditions Imago, 2011, 236 p. ;

Description : L’auteur de cette synthèse de notre histoire nationale, Marc Durand, est historien de formation et travaille pour le ministère français de l’Économie. La matière du livre, qui s’intitule simplement Histoire du Québec, est découpée en six grandes périodes : « La Nouvelle-France (1534-1763) », « La domination britannique (1763-1840) », « Une société autarcique (1840-1940) », « Le déclin des valeurs traditionnelles (1960-1966) », « Les défis de la fin du XXe siècle (1966-1999) », « Québec, nation responsable (1960-2000) ». L’auteur consacre environ la moitié des quelque 240 pages de l’ouvrage à l’époque suivant la Seconde Guerre mondiale. S’appuyant notamment sur une excellente connaissance des travaux des historiens québécois et canadiens, Marc Durand réussit à présenter l’histoire du Québec et des Québécois dans une langue vivante et claire qui plaira aux lecteurs et lectrices des deux côtés de l’Atlantique.

Références : Jean Chartier, Le Devoir, 22 janvier 2000. ; L’Histoire, n°240, février 2000, p. 91.

En ligne : editions-imago.fr

« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0