Accueil du site >La Fondation >Hommage à Claude Béland

Hommage à Claude Béland

Jeudi 24 septembre 2015

Claude Béland a été successivement élève à l’école Lajoie, étudiant au Collège Jean-de-Brébeuf, étudiant à l’Université de Montréal, directeur du Quartier Latin, diplômé en droit, avocat, conseiller juridique des chauffeurs de taxi, administrateur d’une compagnie d’assurances, conseiller juridique puis directeur général de la Fédération des caisses d’économie, éditeur des Éditions du Jour, adjoint du président puis, pendant plus d’une décennie, président lui-même du grand Mouvement Desjardins, administrateur de la Caisse de dépôt et placement, président du Forum pour l’emploi, président du conseil d’administration de l’Université Laval, membre de la Commission sur l’avenir constitutionnel et politique du Québec, président du Sommet sur l’économie et l’emploi, président-directeur-général de la Société d’implantation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, président des États généraux sur la réforme des institutions démocratiques, président du Fonds d’assurance de la responsabilité professionnelle du Barreau, président de l’Association des fondations d’hôpitaux, président du Conseil d’éthique de l’industrie des boissons alcooliques, président du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires, membre du Comité des sages de l’Union des municipalités, animateur à Radio Ville-Marie, professeur dans diverses universités, conférencier et auteur prolifiques, et, dernier mais non le moindre de ses mérites, président du conseil de la Fondation Lionel-Groulx. Cette longue énumération des postes occupés par Claude Béland témoigne de la diversité de ses intérêts, de la confiance que les gens lui font et de sa grande générosité. Il accepte de faire bénéficier la société de ses talents, de son expérience et de ses convictions. Il est un citoyen exemplaire.

Membre du conseil d’administration de la Fondation depuis 14 ans (depuis 2001), Claude Béland en a assumé la présidence de 2008 à 2015, soit pendant sept ans.

C’est sous sa présidence :

  • Que la Fondation a revu en profondeur sa mission et réorienté ses actions, se transformant de centre d’archives et de recherche en organisme de promotion de l’histoire, de la langue et de la culture de la nation québécoise, poursuivant ainsi, en l’actualisant, l’œuvre de Lionel Groulx.
  • Que la Fondation a confié à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) ses fonds d’archives, assurant ainsi leur conservation, leur pérennité et leur disponibilité pour les chercheurs. La valeur de ce don à la collectivité, rappelons-le, a été estimée par BAnQ à plus de deux millions deux cents mille dollars.
  • Qu’un nouveau directeur général a été embauché et qu’une équipe d’employés et de collaborateurs a été constituée pour mettre en œuvre la nouvelle mission et les plans triennaux d’action.
  • Que la Fondation a vendu l’immeuble adjacent à son siège social, permettant ainsi, d’une part de réalimenter son capital durement éprouvé par la crise de 2008 et, d’autre part, de restaurer avec succès la maison de Lionel Groulx dont il a fait don à la Fondation à son décès en 1967.
  • Que la Fondation a développé des partenariats – en particulier avec BAnQ, MAtv et Québecor - qui lui ont permis de décupler ses moyens et de réaliser avec succès de grandes opérations de promotion de notre histoire nationale comme les séries Dix journées qui ont fait le Québec et Figures marquantes de notre histoire.
  • Que la Fondation a coordonné, hébergé et financé la Coalition pour l’histoire dont les études et les actions ont permis de sensibiliser la population à l’importance de l’enseignement de l’histoire et d’être à l’origine de la grande réforme de l’enseignement de l’histoire du Québec au secondaire actuellement en cours.
  • Que la Fondation s’est doté d’un portail Internet de grande qualité et de mener un ensemble d’actions de promotion de notre histoire dans les réseaux sociaux.
  • Que la Fondation, comme jamais dans le passé, a assumé son devoir de mémoire envers Lionel Groulx, en rendant disponible toute son œuvre écrite (quelque 90 livres et brochures), en développant une importante section qui lui est consacrée sur son portail Internet, en tenant, avec l’Institut d’histoire de l’Amérique française, un colloque pour souligner le centenaire de sa chaire à l’Université de Montréal, en mettant aussi en chantier une biographie de Lionel Groulx préparée par l’historien Charles-Philippe Courtois.

Pour tout cela et bien d’autres choses qu’il serait trop long d’exposer, Claude Béland a apporté une contribution remarquable à notre fondation. Le conseil d’administration tient à le remercier chaleureusement pour cette contribution et à le remercier de demeurer membre du conseil en tant qu’administrateur.

Pour ma part, comme nouveau président, je suis honoré non pas de le remplacer mais tout simplement de lui succéder. Les orientations données à la Fondation seront maintenues et nous ferons en sorte de faire fructifier cet héritage en y consacrant le temps et l’énergie nécessaire. Claude Béland a été un grand président et je suis très heureux qu’il demeure membre du Conseil. Claude Béland est un grand, un très grand Québécois.

Jacques Girard, président du Conseil

« Un peuple ne se sépare pas de son passé, pas plus qu’un fleuve ne se sépare de sa source, la sève d’un arbre, de son terroir. »
Lionel Groulx, 29 juin 1937.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0