Accueil du site >Actualité >La Coalition pour l’histoire s’oppose au changement de nom du pont (...)

La Coalition pour l’histoire s’oppose au changement de nom du pont Champlain

jeudi 6 novembre 2014

JPEGMontréal, 6 novembre 2014 – La Coalition pour l’histoire s’oppose à l’intention du gouvernement Harper de changer le nom du pont Champlain pour celui de pont Maurice-Richard et appelle les Québécois à se mobiliser contre cet effacement inadmissible de ce grand personnage historique.

« Maurice Richard a sans nul doute été un de nos plus grands joueurs de hockey et a symbolisé en son temps la fierté de notre peuple mais la commémoration de sa mémoire ne peut se faire au détriment de celle de Samuel de Champlain, explorateur remarquable, grand cartographe, fondateur de la Nouvelle-France et véritable père de la nation québécoise. Pour rendre hommage à Maurice Richard, ne serait-il pas plus approprié de renommer le centre Bell en centre Bell Maurice-Richard ? », a déclaré M. Gilles Laporte, historien et porte-parole de la Coalition, qui déplore vivement cet autre exemple de la dégradation de l’enseignement de l’histoire et de la culture historique commune.

La Coalition pour l’histoire invite le Premier ministre, M. Philippe Couillard, et tous les députés de l’Assemblée nationale du Québec à assumer leur devoir de mémoire en se prononçant avec fermeté contre cette tentative du gouvernement canadien d’oblitérer l’une des figures les plus marquantes de notre histoire nationale.

Rappelons que la Coalition pour l’histoire regroupe notamment l’Association des professeures et professeurs d’histoire des collèges du Québec, la Fédération des sociétés d’histoire du Québec, la Fondation du Prêt d’Honneur, la Fondation Lionel-Groulx, le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, la Société du patrimoine politique du Québec, la Société des professeurs d’histoire du Québec, la Société historique de Montréal, la Société historique de Québec et la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Un peuple ne se sépare pas de son passé, pas plus qu’un fleuve ne se sépare de sa source, la sève d’un arbre, de son terroir. »
Lionel Groulx, 29 juin 1937.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0