Accueil du site >Actualité >La Coalition pour l’histoire se réjouit du contenu du rapport sur la réforme (...)

La Coalition pour l’histoire se réjouit du contenu du rapport sur la réforme du cours d’histoire au secondaire

jeudi 27 février 2014

JPEGÀ la suite à la conférence de presse de madame Marie Malavoy, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport organisée pour présenter le rapport final du comité d’experts présidé par le sous-ministre Jacques Beauchemin et madame Nadia Fahmy-Eid sur la réforme du programme d’histoire du Québec au secondaire, les membres de la Coalition pour l’histoire se réjouissent de la grande majorité des recommandations formulées dans le rapport.

« Nous saluons la sagesse de la ministre qui a décidé d’élaborer un nouveau programme plutôt que renforcer celui déjà en place. De plus, nous croyons qu’elle a fait le bon choix en procédant d’abord par des projets pilotes qui permettront d’expérimenter le programme pendant un an en vue de son implantation à l’automne 2015 » a déclaré Robert Comeau, porte-parole de la Coalition.

La Coalition pour l’histoire est heureuse que la plupart des propositions défendues par ses membres depuis sa création se retrouvent dans le rapport, notamment :

  • le retour du titre Histoire du Québec et du Canada en remplacement d’Histoire et éducation à la citoyenneté ;
  • l’adoption d’une trame nationale qui favorisera l’arrimage entre l’histoire politique, sociale et économique ;
  • la reconnaissance de la nécessité du travail de transmission de connaissances des enseignants.
  • le rétablissement d’une trame chronologique étalée sur deux ans avec comme point de bascule l’Union de 1840.
  • la périodisation et le titre des chapitres proposés pour toute la durée du programme ;
  • la place accordée à l’enseignement de la géographie au début des deux années du programme ;
  • l’augmentation du poids de la formation en histoire dans la formation initiale des maîtres et la généralisation des formations passerelles.

« À la lecture du rapport, notre seul bémol concerne le maintien de la compétence liée à l’éducation à la citoyenneté. Nous sommes opposés à la subordination de l’histoire à l’éducation à la citoyenneté. L’enseignement de l’histoire contribue en soi à former des citoyennes et des citoyens responsables. » a précisé Robert Comeau. Finalement, la Coalition pour l’histoire invite la ministre de l’Éducation à lancer sans tarder une réforme du programme d’histoire du primaire.

Rappelons que la Coalition pour l’histoire regroupe notamment l’Association des professeures et professeurs d’histoire des collèges du Québec, la Fédération des sociétés d’histoire du Québec, la Fondation du Prêt d’Honneur, la Fondation Lionel-Groulx, le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, la Société du patrimoine politique du Québec, la Société des professeurs d’histoire du Québec, la Société historique de Montréal, la Société historique de Québec, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois.


- Lire le rapport Le sens de l’histoire. Pour une réforme du programme d’histoire et éducation à la citoyenneté de 3e et de 4e secondaire

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Libérez toutes les formes de beauté en puissance dans le génie natal, libérez les poèmes qui attendent l’heure de naître, afin qu’un jour prochain, dans ce petit pays redevenu libre et beau, un peuple sente, à en pleurer d’émotion, la joie et la grandeur de vivre. »
Lionel Groulx, 12 février 1936.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0