La langue et le nombril (Chantal Bouchard)

JPEGTitre : La langue et le nombril. Une histoire sociolinguistique du Québec

Auteur : Chantal Bouchard (1954-)

Éditions : Montréal, Éditions Fides, 1998, 303 p. ; Nouv. éd. màj : 2002, 289 p. ; Trad. angl. : Toronto : Guernica Editions, 2008, 288 p.

Description : Dans La langue et le nombril, la linguiste de l’Université McGill Chantal Bouchard brosse le portrait de l’évolution du français au Québec sur la base d’une analyse du discours tenu par les Québécois sur leur propre langue. Ce discours, qu’on nomme « métalinguistique », s’est exprimé dans les chroniques linguistiques, articles de journaux, discours, conférences et ouvrages publiés par différents lettrés à partir de 1840. Le livre s’arrête en 1970, donc un peu avant l’adoption de la politique linguistique du Québec.

Le sous-titre de l’édition de 1998, « Histoire d’une obsession québécoise », qui donnait faussement l’impression d’un ouvrage polémique, change pour « Une histoire sociolinguistique du Québec » dans l’édition légèrement mise à jour de 2002.

Références : Houria Daoud‑Brikci, TTR, vol. 11, n° 2, 1998, p. 243-247. ; Karine Cellard, Globe, vol. 2, n° 2, 1999, p. 175-176. ; Jean-Guy Hudon, Nuit blanche, n° 73, 1998-1999, p. 54-59. ; Jaromír Kadlec, Travaux de linguistique, (n° 49), février 2004, p. 161-167.

En ligne : books.google.ca

« Nulle nation, si petite soit-elle, n’a l’obligation, encore moins le devoir d’accepter le génocide par complaisance pour un plus puissant. Le droit des petites nations à la vie n’est inférieur en rien au droit des grandes nations. »
Lionel Groulx, 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0