La revalorisation de l’enseignement de l’histoire : un enjeu important de la campagne électorale

Par Robert Comeau et Pierre Graveline,
au nom de la COALITION POUR L’HISTOIRE

Depuis 2009, la Coalition pour l’histoire* fait la promotion de l’enseignement de l’histoire dans notre réseau scolaire et fait campagne pour sensibiliser à cette question que nous jugeons essentielle tant nos concitoyennes et concitoyens que l’Assemblée nationale du Québec, tous partis politiques confondus car la nécessité d’un enseignement de l’histoire de qualité doit, croyons-nous, transcender toute partisannerie.

L’enseignement de l’histoire en général, de l’histoire culturelle, économique et sociale bien sûr, mais aussi et tout autant de l’histoire politique, est à nos yeux une condition incontournable de la vitalité démocratique d’une nation. Sans connaissance adéquate de notre histoire nationale, de notre héritage collectif, comment les jeunes générations de Québécoises et de Québécois peuvent-elles exercer, en toute connaissance de cause, leurs droits et devoirs de citoyens ? Comment les enfants des nouveaux arrivants peuvent-ils s’intégrer, pleinement, à leur société d’accueil ?

De graves lacunes à corriger

Au cours des dernières années, la Coalition a réalisé trois études rigoureuses qui démontrent que l’enseignement de l’histoire, particulièrement de l’histoire du Québec, du Canada et du fait français en Amérique, souffre de graves lacunes tant au niveau secondaire qu’aux niveaux collégial et universitaire, notamment : l’insuffisance de la formation des futurs enseignants d’histoire au secondaire, l’effacement de la question nationale, des événements politiques majeurs et des figures marquantes de notre histoire dans les programmes d’études au niveau secondaire, la quasi disparition de l’offre de cours en histoire du Québec au niveau collégial (moins de 5 % des étudiants suivent un cours d’histoire sur le Québec), l’histoire nationale du Québec de plus en plus négligée dans l’enseignement et la recherche universitaires.

Une inquiétude partagée par une grande partie de la population

Les préoccupations exprimées par la Coalition pour l’histoire sont aujourd’hui partagées par une grande partie de la population.

En témoigne le dépôt en février 2012 d’une pétition à l’Assemblée nationale du Québec, signée par plus de 6 300 de nos concitoyens, demandant aux députés de corriger la situation. En témoigne un sondage réalisé par Léger Marketing en avril dernier qui révèle que les Québécois, particulièrement les francophones, sont en majorité insatisfaits de la qualité de l’enseignement de l’histoire au Québec. En témoigne une déclaration rendue publique en mai et signée par 50 personnalités provenant de tous les milieux, appelant l’Assemblée nationale à adopter d’urgence des mesures pour revaloriser l’enseignement de notre histoire. En témoigne enfin la large couverture médiatique accordée à ce débat dans les dernières années.

Un enjeu important de la campagne électorale

Aucun parti politique québécois ne peut prétendre ne pas avoir été alerté à cet enjeu qu’est la revalorisation de l’enseignement de l’histoire dans notre réseau scolaire. Que proposent-ils dans leur programme électoral ?

Malheureusement, pour trois de ces partis, le Parti libéral du Québec, la Coalition Avenir Québec et le Parti vert du Québec, la réponse est : rien du tout. Pas un mot, pas une allusion même lointaine à cette question, ce qui laisse présager, en cas de victoire électorale de l’un de ces partis, le maintien d’un statu quo désastreux.

Québec solidaire manifeste pour sa part peu de sensibilité envers les préoccupations mises de l’avant par la Coalition pour l’histoire, en particulier en ce qui concerne la nécessité d’une meilleure connaissance de l’histoire de la nation québécoise. Dans le programme de ce parti, on n’insiste de façon exclusive que sur un aspect de l’enseignement de l’histoire en affirmant que « l’appréciation du patrimoine culturel et l’histoire du Québec impliquent une ouverture au monde, à la diversité culturelle et aux réalités historique et culturelle des Premières Nations, des Inuits et au patrimoine métis du Québec. » D’accord, mais faut-il négliger pour autant l’héritage historique du groupe majoritaire ?

En fait, deux seuls partis s’engagent clairement à agir pour revaloriser l’enseignement de l’histoire. Option nationale qui « renforcera l’enseignement de l’histoire nationale et politique du Québec au secondaire et instaurera un cours obligatoire d’histoire au collégial » et le Parti québécois qui reprend à son compte six mesures mises de l’avant par la Coalition pour l’histoire : la révision des programmes d’enseignement de l’histoire au primaire et au secondaire pour y privilégier la connaissance des événements politiques de l’histoire nationale du Québec, le rétablissement de la référence au Québec dans le titre des cours d’histoire de secondaire III et IV, la bonification de la formation en histoire des futurs enseignants, l’ajout d’un cours obligatoire d’histoire nationale du Québec dans la formation générale au collégial, la création d’un nouveau centre de recherche en histoire politique et nationale du Québec à l’Institut national de recherche scientifique et la création et l’attribution de chaires de recherche en histoire du Québec.

Nous laissons aux citoyens qui partagent notre conviction qu’il est urgent d’agir pour revaloriser l’enseignement de l’histoire au Québec le soin de tirer leurs propres conclusions.

* La Coalition pour l’histoire regroupe notamment l’Association des professeures et professeurs d’histoire des collèges du Québec, la Fédération des sociétés d’histoire du Québec, la Fondation du Prêt d’Honneur, la Fondation Lionel-Groulx, le Mouvement national des Québécoises et Québécois, la Société du patrimoine politique du Québec, la Société des professeurs d’histoire du Québec, la Société historique de Montréal, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois. Robert Comeau en est le porte-parole et Pierre Graveline le coordonnateur.

Nous joindre :

261, avenue Bloomfield
Outremont (Québec) H2V 3R6
Téléphone : 514 271-4759
Courriel : Cliquez ici

Nous suivre :

Actualité de l'histoire

Commander le livre L'Autre 150e

Le métro, véhicule de notre histoire

Figures marquantes de notre histoire

Dix journées qui ont fait le Québec