Accueil du site >Actualité >Lancement de Portraits de Patriotes 1837-1838

Lancement de Portraits de Patriotes 1837-1838

mardi 15 mai 2012

JPEG - 32 ko

Hier avait lieu à la Fondation Lionel-Groulx le lancement du livre Portraits de Patriotes 1837-1838. Œuvres de Jean-Joseph Girouard réalisé par l’historien Jonathan Lemire et publié chez VLB éditeur. Plusieurs invités étaient présents dont M. Claude Béland, président du conseil de la Fondation, M. Bernard Landry, ancien premier ministre du Québec, M. Daniel Paillé, chef du Bloc Québécois et M. Pierre-Karl Péladeau, président de Quebecor.

L’album, magnifique ouvrage de référence, rassemble une centaine de portraits de Patriotes croqués sur le vif en 1838, derrière les barreaux de la prison du Pied-du-Courant, par le notaire Jean-Joseph Girouard, député du comté des Deux-Montagnes, qui y était incarcéré pour sa participation à l’insurrection. Chaque portrait est accompagné d’une biographie.

Rappelons que la Fondation Lionel-Groulx est un partenaires majeur du Mouvement national des Québécoises et des Québécois dans la promotion de la Journée nationale des patriotes qui se tient chaque année le lundi qui précède le 25 mai. Pour plus d’information sur cette Journée, cliquez sur la bannière suivante :

JPEG - 192.5 ko
Cliquez sur la bannière pour visiter le site officiel de la Journée nationale des patriotes
Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0