Accueil du site >Actualité >Lancement du grand projet Figures marquantes de notre histoire

Lancement du grand projet Figures marquantes de notre histoire

mercredi 14 janvier 2015

Dans la foulée de son grand projet Dix journées qui ont fait le Québec qui s’est traduit, rappelons-le, par 10 grandes conférences qui ont fait salle comble à la Grande Bibliothèque, par une série de 10 émissions à MAtv, par autant de chroniques dans Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, enfin par la publication d’un beau livre chez VLB éditeur qui s’est vendu à quelque 5 000 exemplaires, la Fondation Lionel-Groulx est fière de vous annoncer la mise en œuvre à compter de février 2015 d’un nouveau grand projet intitulé Figures marquantes de notre histoire .

Réalisé grâce au soutien de nos membres et en partenariat avec BAnQ, MAtv et Québecor, ce projet vise à faire connaître les grandes figures de notre histoire, ces femmes et ces hommes qui dans divers domaines d’activités ont apporté une contribution significative au développement de notre nation. Dans un premier temps, ce projet prendra la forme d’une série de dix grandes rencontres, animées par l’historien Éric Bédard, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque. Suivies d’une période d’échange avec l’auditoire, ces rencontres seront captées et diffusées sur les ondes de MAtv.

Nous vous invitons à être des nôtres lors de ces activités qui s’annoncent passionnantes (en réservant vos places sur le portail Internet de BAnQ) et à en faire la promotion dans votre entourage et dans vos réseaux.

- télécharger le feuillet de promotion des quatre premières rencontres

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0