Accueil du site >Actualité >Lancement du livre Une carrière au service du coopératisme de Claude (...)

Lancement du livre Une carrière au service du coopératisme de Claude Béland

mardi 24 mars 2015

JPEGLundi le 23 mars s’est tenu à la Fondation Lionel-Groulx le lancement du livre Une carrière au service du coopératisme de Claude Béland

L’événement s’est déroulé en présence de l’auteur, M. Claude Béland, du directeur général des Éditions Fides, M. Claude Rhéaume, du directeur général de la Fondation Lionel-Groulx, M. Pierre Graveline, de membres de la famille de M. Béland et de plusieurs invités dont notamment l’ancien premier ministre du Québec M. Bernard Landry et le président du conseil d’administration du Fonds de solidarité, M. Robert Parizeau.

Dans le livre, Claude Béland se raconte à travers l’histoire du coopératisme québécois des soixante-dix dernières années, passant en revue les étapes de sa riche et fructueuse carrière, du collège à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, de la Fédération des caisses d’économie du Québec à la présidence du Mouvement Desjardins, de sa participation à la Commission sur l’avenir constitutionnel et politique du Québec à son nouveau rôle de grand conseiller et d’analyste dans les médias.

Plus d’informations :

- Éditions Fides
- Compte rendu dans Le Devoir

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0