Accueil du site >Histoire du Québec >100 ans de production et de diffusion de notre histoire >Programme du colloque 100 ans de production et de diffusion de notre (...)

Programme du colloque 100 ans de production et de diffusion de notre histoire

JPEG - 45.6 ko

Note : vous pouvez aussi consulter une édition abrégée du programme.

VENDREDI LE 17 AVRIL 2015

10 h 00 — Accueil et inscriptions

10 h 30 — Allocution d’ouverture par Claude Béland, président du conseil de la Fondation Lionel-Groulx

10 h 45 — Conférence d’ouverture sur Lionel Groulx par Pierre Trépanier, professeur retraité de l’Université de Montréal

12 h 00 — Dîner libre

Ogg Vorbis - 191.4 Mo
Écouter la 1ère séance

13 h 30 — 1ère SÉANCE : la sensibilité historienne de Lionel Groulx

Animateur : Martin Pâquet, professeur à l’Université Laval

  • « Les premières œuvres historiques de Groulx et l’engagement intellectuel de Groulx à l’époque de l’Action française (1915-1928) », Charles-Philippe Courtois, professeur au Collège militaire royal de Saint-Jean
  • « Lionel Groulx devant les historiens de Québec », François-Olivier Dorais, doctorant en histoire à l’Université de Montréal
  • « “Rester dans la ligne de l’histoire”. Le messianisme canadien-français dans l’œuvre historique de Lionel Groulx », Julien Goyette, professeur à l’Université du Québec à Rimouski
  • « De Garneau à Groulx, qu’est-ce qu’un historien national ? », Patrice Groulx, chargé de cours à l’Université Laval

15 h 00 — Pause-café

Ogg Vorbis - 119.3 Mo
Écouter la 2e séance

15 h 15 — 2e SÉANCE : Groulx dans la cité

Animateur : Robert Comeau, historien et professeur retraité de l’Université du Québec à Montréal

  • « Lionel Groulx, défenseur et critique de la Révolution tranquille », Éric Bédard, professeur à la TÉLUQ
  • « L’Église dans l’œuvre historique de Lionel Groulx : déception et discrétion », Lucia Ferretti, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières
  • « Marie-Victorin et le Québec intellectuel de l’entre-deux-guerres : un regard tourné vers l’avenir », Yves Gingras, professeur à l’Université du Québec à Montréal
  • « Lionel Groulx et les indépendantistes québécois des années 1930 », Mathieu Noël, historien

16 h 45 — Cocktail offert par la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal (lancement d’un texte inédit de Lionel Groulx)



SAMEDI LE 18 avril 2015

9 h 30 — Accueil des participants

Ogg Vorbis - 132.2 Mo
Écouter la 3e séance

10 h 00 — 3e SÉANCE (TABLE RONDE) : le rapport à l’histoire depuis Groulx

Animatrice : Karine Hébert, directrice du programme d’étude de cycles supérieurs en histoire au Département des lettres et humanités de l’Université du Québec à Rimouski

  • « La radio publique et l’histoire », Lynda Baril, réalisatrice à la radio de Radio-Canada
  • « L’histoire nationale entre folklorisation et oubli », Jacques Beauchemin, professeur à l’Université du Québec à Montréal
  • « Enjeux de la discipline historique dans le milieu universitaire depuis 1947 », Martin Pâquet, professeur à l’Université Laval
  • « L’histoire, la mémoire et la recherche de l’identité perdue », Martin Petitclerc, professeur à l’Université du Québec à Montréal

12 h 00 — Dîner libre

Ogg Vorbis - 128.4 Mo
Écouter la 4e séance

13 h 30 — 4e SÉANCE : la vulgarisation et la diffusion de l’histoire

Animateur : Éric Bédard, professeur à la TÉLUQ

  • « Petite histoire d’une grande revue », Yves Beauregard, historien et directeur de la revue d’histoire du Québec Cap-aux-Diamants
  • « Historiens, journalistes et vulgarisation du passé dans la série télévisée Le Canada, une histoire populaire (1995-2002) de CBC/Radio-Canada », Olivier Côté, historien des médias
  • « De l’érudition à la passion », Catherine Ferland, historienne et chroniqueuse
  • « Le livre porteur d’histoire », Sophie Imbeault, éditrice au Septentrion
  • « Le roman au service de l’histoire », Micheline Lachance, historienne, journaliste et romancière
  • « Clio dans les coulisses des musées, lieux incontournables de transmission de l’histoire », Mélanie Lanouette, directrice du service de la recherche du Musée de la civilisation
  • « La diffusion de l’histoire à l’ère post-Gutenberg », Gilles Laporte, historien et président du Mouvement national des Québécoises et Québécois

Clôture de cette séance par Denis Vaugeois, historien et éditeur

15 h 00 — Allocution de clôture par Martin Pâquet, président de l’Institut d’histoire de l’Amérique française

« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0