Accueil du site >Actualité >Sylvie Cordeau et Lucia Ferretti se joignent au conseil d’administration de (...)

Sylvie Cordeau et Lucia Ferretti se joignent au conseil d’administration de la Fondation

lundi 13 juin 2016

À l’occasion d’un cocktail avec les membres qui suivait jeudi le 9 juin dernier l’assemblée générale annuelle de la Fondation Lionel-Groulx, le président du conseil d’administration, M. Jacques Girard, a annoncé l’élection au conseil de deux femmes remarquables : madame Sylvie Cordeau, vice-présidente philanthropie et commandites de Québecor qui, entre autres activités, préside le conseil d’administration du Théâtre du Rideau Vert et a mis sur pied et dirige Éléphant : mémoire du cinéma québécois (le grand chantier de sauvegarde et de diffusion du patrimoine cinématographique québécois) ; madame Lucia Ferretti, historienne, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières, spécialiste de l’histoire socioreligieuse du Québec aux 19e et 20e siècles, qui s’est notamment méritée le prestigieux Prix Gérard-Parizeau en 2011.

Outre Sylvie Cordeau et Lucia Ferretti, le conseil d’administration de la Fondation pour l’année 2016-2017 est composé de Jacques Girard, président, Éric Bédard, vice-président, Marie Lavigne, trésorière et présidente du comité des finances ; Pierre Graveline, secrétaire, Nicole Boudreau, présidente du comité de gouvernance, Jacques Beauchemin, Léopold Beaulieu, Claude Béland, Solange Chalvin, Robert Comeau, Bernard Landry, Gilles Laporte, et Micheline Paradis qui agiront comme administrateurs et administratrices.

Monsieur Jacques Girard a également profité de l’occasion pour remercier et rendre un hommage appuyé à monsieur Robert Parizeau qui, après 12 années comme membre du conseil, n’a pas sollicité un renouvellement de son mandat. M. Girard a souligné sa longue et très appréciée contribution, notamment au sein du comité des finances qu’il a présidé pendant plusieurs années.

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Nulle nation, si petite soit-elle, n’a l’obligation, encore moins le devoir d’accepter le génocide par complaisance pour un plus puissant. Le droit des petites nations à la vie n’est inférieur en rien au droit des grandes nations. »
Lionel Groulx, 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0