• Denis Vaugeois à l’émission Nouveaux regards sur notre histoire

    3 avril 2014

    JPEGLe samedi 29 mars dernier, à l’émission Nouveaux regards sur notre histoire diffusée sur les ondes de Radio Ville-Marie, l’historien Robert Comeau recevait en entrevue Denis Vaugeois, membre du comité des historiens de la Fondation, au sujet de l’ouvrage collectif 1763. Le traité de Paris bouleverse l’Amérique (Septentrion, 2013).

    Rappelons qu’en vertu d’un partenariat entre la Société historique de Montréal et la Fondation Lionel-Groulx, les émissions de Nouveaux regards sur notre histoire sont maintenant disponibles pour écoute en différé via Internet.

    Pour écouter l’émission diffusée le 29 mars dernier :

    - societehistoriquedemontreal.org

  • Mardi c’est Wiki : religion et communautés religieuses au Québec

    2 avril 2014

    Depuis février dernier, le premier mardi de chaque mois, des wikipédiens d’expérience donnent rendez-vous à tous ceux et celles qui désirent apprendre comment bien contribuer à Wikipédia.

    Les objectifs de ces rencontres sont d’améliorer le contenu francophone de Wikipédia, d’augmenter le nombre de contributeurs québécois, de tirer profit des ressources documentaires et professionnelles de BAnQ et de mieux représenter le Québec, la Nouvelle-France, le Canada français et plus largement l’Amérique française.

    La thématique du prochain rendez-vous, qui aura lieu mardi le 8 avril de 17 h 00 à 21 h 30, est : Religion et communautés religieuses au Québec . Le rendez-vous sera animé par Mathieu Gauthier-Pilote, chargé de projet à la Fondation Lionel-Groulx, Ha-Loan Phan, responsable de la vie associative et du service aux membres à l’Acfas, et Patrick de Grasse, wikipédien d’expérience depuis 2005.

    La Fondation Lionel-Groulx vous invite à participer en grand nombre à cette activité. Si vous êtes historien(ne) professionnel(le) ou amateur(e) et que la dimension technique de Wikipédia vous a jusqu’ici fait reculer, voilà votre chance !

    Notez que ceux et celles qui ne peuvent être présent(e)s sur place peuvent tout de même participer en se donnant rendez-vous au salon de clavardage de Wikipédia.

    Plus d’informations :

    - fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:BAnQ

  • Colloque sur René Lévesque le 25 avril 2014

    25 mars 2014

    JPEGLa Fondation René-Lévesque, partenaire de la Fondation Lionel-Groulx, organise le 25 avril 2014 un troisième colloque universitaire, sous le thème général « René Lévesque, les ressources naturelles et le développement économique ».

    Le colloque se tiendra de 9 h 00 à 17 h 15 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque (au 475, boulevard De Maisonneuve Est, Montréal.)

    - Consulter le programme
    - S’inscrire au colloque

  • 20 mars 2014 : Journée internationale de la Francophonie

    20 mars 2014

    À l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, nous reproduisons le message du Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf.


    Lorsque nous sommes seuls à espérer et à vouloir, cela ne demeure bien souvent qu’un espoir et un vœu, mais lorsque nous espérons et voulons, ensemble, une nouvelle réalité prend immanquablement forme.

    Alors célébrons, en ce 20 mars, la force stimulante que nous confère la Francophonie. Célébrons les liens puissants que nous confèrent la langue, les valeurs, les espoirs et les ambitions que nous partageons. Célébrons une manière « francophone » de vivre ensemble, d’être au monde et de concevoir le monde.

    Parce que la Francophonie, c’est d’abord la volonté de dire NON !
    NON aux aspects les plus néfastes de la mondialisation, une mondialisation oublieuse de l’Homme, de sa dignité, de sa liberté, de ses droits les plus élémentaires, faute d’éthique, de régulations, de volontarisme.
    NON aux inégalités économiques, sanitaires, éducatives, numériques toujours plus marquées.
    NON aux conflits oubliés, aux populations civiles, singulièrement les femmes, abandonnées aux exactions les plus viles.
    NON à l’impunité et à l’immunité des auteurs de crimes contre l’humanité.
    NON à l’uniformisation culturelle et linguistique qui menace le patrimoine intellectuel et la création mondiale, mais aussi la démocratie internationale.
    NON au relativisme culturel qui défie l’universalité des droits de l’Homme et menace la paix.

    Mais la Francophonie, ce n’est pas pour autant vouloir cristalliser les contestations, les colères, les frustrations, c’est vouloir les dépasser en éradiquant leurs causes.
    C’est vouloir, dans notre espace, promouvoir l’éducation et la formation, l’enseignement supérieur et la recherche, et développer la coopération au service du développement durable.
    C’est vouloir accompagner l’ancrage de l’Etat de droit, de la démocratie et des droits de l’Homme, tant à l’échelle nationale qu’internationale.
    C’est vouloir, dans l’urgence comme dans le long terme, dans la prévention structurelle et l’alerte précoce comme dans la consolidation, œuvrer à la résolution politique, judiciaire, voire militaire de toutes les crises et de tous les conflits qui déchirent nombre de nos pays.
    C’est vouloir s’investir sans relâche pour que la langue française demeure, aux côtés d’autres grandes langues internationales, la langue de la création, de la recherche, de l’innovation, de la société de l’information, de l’emploi, la langue officielle et de travail des organisations internationales.
    C’est vouloir, pour ce faire, renforcer sans cesse un multilatéralisme véritablement assumé, dans la concertation comme dans l’action.
    C’est vouloir fédérer les énergies agissantes des réseaux de la société civile et des organisations non gouvernementales.
    C’est vouloir se mobiliser pour améliorer la situation et la condition des femmes, actrices majeures, mais aux potentialités encore trop peu reconnues.
    C’est vouloir susciter les jeunes vocations, révéler les jeunes talents, pour mieux s’adjoindre leurs compétences.
    La Francophonie, c’est donc avoir l’audace de penser que nous avons, ensemble, une emprise sur notre destinée commune.

    Que cette Journée internationale de la Francophonie soit donc l’occasion de fêter, avec enthousiasme et fierté, cet optimisme de l’espérance et cette audace de la volonté.

    Abdou DIOUF Secrétaire général de la Francophonie

  • Nicolle Forget à l’émission Nouveaux regards sur notre histoire

    17 mars 2014

    JPEGLe samedi 15 mars dernier, à l’émission Nouveaux regards sur notre histoire diffusée sur les ondes de Radio Ville-Marie, l’historien Robert Comeau recevait en entrevue Nicolle Forget, membre du conseil d’administration de la Fondation, au sujet de son livre Thérèse Casgrain. La gauchiste en collier de perles (Fides, 2013).

    Rappelons qu’en vertu d’un partenariat entre la Société historique de Montréal et la Fondation Lionel-Groulx, les émissions de Nouveaux regards sur notre histoire sont maintenant disponibles pour écoute en différé via Internet.

    Pour écouter l’émission diffusée le 15 mars dernier :

    - societehistoriquedemontreal.org

  • Campagne de financement 2014 : POURSUIVONS NOTRE GRANDE AVENTURE !

    10 mars 2014
    JPEG - 36.7 ko

    La Fondation Lionel-Groulx est la seule fondation qui se consacre à la promotion de la connaissance et de l’enseignement de notre histoire nationale.

    Les changements en cours dans les programmes d’enseignement de l’histoire au secondaire et au collégial obtenus grâce aux efforts de la Coalition pour l’histoire, de même que le succès de notre projet Dix journées qui ont fait le Québec, témoignent sans équivoque de la pertinence de notre mission.

    En 2014, nous poursuivons « notre grande aventure » : en coordonnant et en finançant les actions de la Coalition pour l’histoire, en organisant des conférences publiques, en diffusant les conférences et le livre Dix journées qui ont fait le Québec, en réalisant le grand projet d’identification et de promotion des 100 figures marquantes de notre histoire, en soutenant la tenue de colloques, la publication de livres et de revues, l’organisation d’événements, telle la Journée nationale des Patriotes … sans oublier la diffusion de l’œuvre de Lionel Groulx, la remise du prix Jean-Éthier-Blais et le soutien au Mouvement Québec français !

    Pour réaliser tous ces projets et pour poursuivre notre mission, nous devons recueillir cette année 106 000 $. Voilà pourquoi nous lançons un appel à toutes les personnes, associations et sociétés qui ont le Québec au cœur et qui ont à cœur la promotion de notre histoire nationale : joignez-vous à notre grande aventure en devenant membre de la Compagnie des cinq cents associés et en nous faisant parvenir une contribution financière. En retour de votre contribution financière, la Fondation vous fera parvenir un reçu pour fin de déductions fiscales aux deux ordres de gouvernement.

    - Adhérer à la Compagnie des cinq cents associés

  • Dix journées qui ont fait le Québec sur Canal-U

    6 mars 2014

    Déjà disponibles sur la chaîne YouTube de la Fondation, le site de BAnQ et le service illico de Vidéotron, les conférences de la série Dix journées qui ont fait le Québec (réalisée par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec BAnQ et MAtv) peuvent maintenant être visionnées sur le Canal-U, la webtv de l’enseignement supérieur en France !

    De plus, grâce à cet ajout au Canal-U, la série Dix journées qui ont fait le Québec se retrouve automatiquement inscrite dans le catalogue de ressources éducatives Eurêka, qui est bien connu des enseignants et enseignantes québécois et belges.

  • La Coalition pour l’histoire salue la création de chaires de recherche en histoire dans les universités

    3 mars 2014

    JPEGLa Coalition pour l’histoire salue la création de trois chaires de recherche en histoire dans les universités québécoises que viennent d’annoncer M. Pierre Duchesne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, et Mme Marie Malavoy, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

    « La création de ces chaires contribuera à relancer dans le réseau universitaire la recherche sur des aspects négligés de notre histoire, en particulier la question de l’identité nationale » a déclaré Robert Comeau, porte-parole de la Coalition.

    Avec l’instauration d’un nouveau programme d’histoire en secondaire 3 et 4, la mise en place d’un cours sur l’histoire du Québec contemporain pour tous les étudiants du réseau collégial et cette création de chaires universitaires en histoire, le gouvernement du Québec répond à trois des objectifs majeurs poursuivis par la Coalition pour l’histoire depuis 2009 et réalise en bonne partie son engagement de revaloriser l’histoire du Québec à tous les ordres d’enseignement.

    Rappelons que la Coalition pour l’histoire regroupe notamment l’Association des professeures et professeurs d’histoire des collèges du Québec, la Fédération des sociétés d’histoire du Québec, la Fondation du Prêt d’Honneur, la Fondation Lionel-Groulx, le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, la Société du patrimoine politique du Québec, la Société des professeurs d’histoire du Québec, la Société historique de Montréal, la Société historique de Québec, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois.

    Pour lire le communiqué ministériel, suivre le lien :

    - www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx ?aiguillage=ajd&type=1&idMenuItem=1&lang=fr ?pgs&idArticle=2203028552

    Pour connaître les détails sur la mise en œuvre de ces chaires, suivre le lien :

    - www.fqrsc.gouv.qc.ca

  • Dix journées qui ont fait le Québec sur Canal M

    3 mars 2014

    PNGDu 3 au 18 mars 2014, les versions audio des conférences de la série Dix journées qui ont fait le Québec (réalisée par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec BAnQ et MAtv) seront diffusées sur Canal M, la radio de Vues & Voix, un organisme dont la mission est de rendre l’information accessible aux personnes qui ont des problèmes d’accès à l’information en raison d’un handicap visuel, de difficultés avec l’écrit ou de problèmes de littératie.

    Voici l’horaire de diffusion de la série :

    • Semaine du 3 mars : du lundi au jeudi, à 13h et en rediffusion à 18h et le lendemain matin à 8h.
    • Semaine du 10 mars : du lundi au jeudi, à 13h et en rediffusion à 18h et le lendemain matin à 8h.
    • Semaine du 17 mars : les lundi et mardi, à 13h et en rediffusion à 18h et le lendemain matin à 8h.

    Pour plus d’information :

    - www.vuesetvoix.com

  • La Coalition pour l’histoire se réjouit du contenu du rapport sur la réforme du cours d’histoire au secondaire

    27 février 2014

    JPEGÀ la suite à la conférence de presse de madame Marie Malavoy, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport organisée pour présenter le rapport final du comité d’experts présidé par le sous-ministre Jacques Beauchemin et madame Nadia Fahmy-Eid sur la réforme du programme d’histoire du Québec au secondaire, les membres de la Coalition pour l’histoire se réjouissent de la grande majorité des recommandations formulées dans le rapport.

    « Nous saluons la sagesse de la ministre qui a décidé d’élaborer un nouveau programme plutôt que renforcer celui déjà en place. De plus, nous croyons qu’elle a fait le bon choix en procédant d’abord par des projets pilotes qui permettront d’expérimenter le programme pendant un an en vue de son implantation à l’automne 2015 » a déclaré Robert Comeau, porte-parole de la Coalition.

    La Coalition pour l’histoire est heureuse que la plupart des propositions défendues par ses membres depuis sa création se retrouvent dans le rapport, notamment :

    • le retour du titre Histoire du Québec et du Canada en remplacement d’Histoire et éducation à la citoyenneté ;
    • l’adoption d’une trame nationale qui favorisera l’arrimage entre l’histoire politique, sociale et économique ;
    • la reconnaissance de la nécessité du travail de transmission de connaissances des enseignants.
    • le rétablissement d’une trame chronologique étalée sur deux ans avec comme point de bascule l’Union de 1840.
    • la périodisation et le titre des chapitres proposés pour toute la durée du programme ;
    • la place accordée à l’enseignement de la géographie au début des deux années du programme ;
    • l’augmentation du poids de la formation en histoire dans la formation initiale des maîtres et la généralisation des formations passerelles.

    « À la lecture du rapport, notre seul bémol concerne le maintien de la compétence liée à l’éducation à la citoyenneté. Nous sommes opposés à la subordination de l’histoire à l’éducation à la citoyenneté. L’enseignement de l’histoire contribue en soi à former des citoyennes et des citoyens responsables. » a précisé Robert Comeau. Finalement, la Coalition pour l’histoire invite la ministre de l’Éducation à lancer sans tarder une réforme du programme d’histoire du primaire.

    Rappelons que la Coalition pour l’histoire regroupe notamment l’Association des professeures et professeurs d’histoire des collèges du Québec, la Fédération des sociétés d’histoire du Québec, la Fondation du Prêt d’Honneur, la Fondation Lionel-Groulx, le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, la Société du patrimoine politique du Québec, la Société des professeurs d’histoire du Québec, la Société historique de Montréal, la Société historique de Québec, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois.


    - Lire le rapport Le sens de l’histoire. Pour une réforme du programme d’histoire et éducation à la citoyenneté de 3e et de 4e secondaire

  • Mardi c’est Wiki... à BAnQ

    26 février 2014

    Le 22 janvier dernier, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et l’association Wikimédia Canada annonçaient une collaboration afin d’offrir aux usagers de la Grande Bibliothèque à Montréal des ateliers de contribution dans l’édition francophone de l’encyclopédie Wikipédia. Depuis février, le premier mardi de chaque mois, des wikipédiens d’expérience donnent rendez-vous à tous ceux et celles qui désirent apprendre comment bien contribuer à Wikipédia.

    Les objectifs de ces ateliers sont d’améliorer le contenu francophone de Wikipédia, d’augmenter le nombre de contributeurs québécois, de tirer profit des ressources documentaires et professionnelles de BAnQ et de mieux représenter le Québec, la Nouvelle-France, le Canada français et plus largement l’Amérique française.

    Le prochain rendez-vous, qui aura lieu mardi le 4 mars de 17 h 00 à 21 h 30, sera consacré aux Personnalités de la Nouvelle-France .

    La Fondation Lionel-Groulx vous invite à participer en grand nombre à cette activité. Si vous êtes historien(ne) professionnel(le) ou amateur(e) et que la dimension technique de Wikipédia vous a jusqu’ici fait reculer, voilà votre chance !

    Notez que l’atelier se déroule dans une salle sans ordinateur et qu’il faut donc apporter un appareil numérique portable. Aussi, ceux et celles qui ne peuvent être présent(e)s sur place lors des ateliers peuvent tout de même participer en se donnant rendez-vous au salon de clavardage de Wikipédia.

    Plus d’informations :

    - fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:BAnQ

  • L’histoire au profit de l’ensemble des Québécois

    19 février 2014

    JPEGL’annonce effectuée le 12 février dernier dans la Gazette officielle du Québec d’une modification du Règlement sur le régime des études collégiales en vue de l’introduction d’un élément de formation en histoire du Québec à la formation générale commune des cégeps concrétise encore davantage le projet de renforcement de l’enseignement de l’histoire nationale mis de l’avant à l’automne 2013 par les ministres de l’Enseignement supérieur et de l’Éducation, Pierre Duchesne et Marie Malavoy. Il s’agit là d’une excellente nouvelle, tant pour les futurs étudiants des cégeps que pour l’ensemble de la société québécoise et il faut saluer la décision courageuse du gouvernement.

    L’apparente tiédeur manifestée par des organisations patronales et syndicales du milieu de l’enseignement collégial en réaction à cette annonce doit être mise en perspective. Le retrait d’un cours complémentaire, le réaménagement des ressources professorales que cela suppose, le calendrier serré prévu pour l’introduction du nouveau cours bouleversent les acquis et suscitent de l’inquiétude. Et nombre d’entre nous auraient préféré que l’implantation de ce cours procède par l’ajout de ressources et non par le remplacement d’un cours complémentaire. Mais à trop insister sur les résistances institutionnelles suscitées par l’introduction d’un cours d’histoire obligatoire, on risque de passer à côté de l’essentiel : une meilleure formation pour les étudiants d’aujourd’hui et de demain.

    Des études antérieures ont montré que moins du quart des cégépiens ont suivi un cours d’histoire en 2009, que moins de 5% ont suivi un cours sur l’histoire du Québec et qu’au fil des années, nous avons assisté à un effacement graduel de toute référence au Québec comme cadre d’application des compétences. Cette occultation est préoccupante compte tenu du fait que c’est souvent lors de leur séjour au cégep que les jeunes adultes qui le fréquentent vivent leurs premières expériences professionnelles et citoyennes significatives. La décision du ministre Duchesne vient corriger ces lacunes de l’enseignement collégial.

    Nous pensons que l’introduction d’un cours d’histoire du Québec contemporain donné par des professeurs d’histoire sera de nature à consolider les acquis développés au secondaire par les étudiants des cégeps dans le champ dit de « l’univers social », à fournir un corps de connaissances, des méthodes de travail et des outils d’analyse propres à parfaire leur formation, à élargir leurs horizons et à mieux les préparer à jouer un rôle actif et positif à titre de citoyens du Québec.

    Ce n’est pas une vaine parole de dire que nous, les professeurs d’histoire des cégeps, sommes prêts et enthousiastes à l’idée d’assumer l’enseignement du nouveau cours d’histoire du Québec contemporain et que notre dynamisme, nos compétences et notre expérience du milieu de l’enseignement seront mises à contribution afin de s’assurer que l’introduction de ce nouvel élément à la formation générale commune des cégeps soit une réussite et une source d’enrichissement pour les étudiants.

    Professeurs et professeures d’histoire signataires :

    Rosemarie Allard (Cégep de Sainte-Foy), Céline Anctil (Cégep de Sainte-Foy) Christian Arcand (Cégep Gérald-Godin), Michelle Asselin (Cégep Garneau), Frédéric Barriault (Collège de Maisonneuve)Frédéric Bastien (Collège Dawson), Stéphanie Beaupied (Cégep de Trois-Rivières), Yves Bégin (Collège Montmorency), Sylvie Bélanger (Collège Montmorency), Mathieu Boivin-Chouinard (Cégep de Granby Haute-Yamaska), Philippe Bouchard (Cégep Marie-Victorin), Guillaume Breault-Duncan (Cégep André-Laurendeau), Charles Brochu-Blain (Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne), Tanya Charest (Cégep Bois-de-Boulogne), Patrice Charron (Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu), Nicolas-Hugo Chebin (Cégep Gérald-Godin), Étienne Côté (Cégep régional de Lanaudière à L’Assomption), Paul Dauphinais (Collège Montmorency), Mathieu Delisle (Collège de Maisonneuve), Boris Déry (Cégep de Victoriaville), Denis Dickner (Cégep Limoilou), Alain Doyon (Cégep de Drummondville), Vincent Duhaime (Collège Lionel-Groulx), Marc-André Durand (Cégep de Saint-Jérôme), Nicolas Fleury (Cégep de Saint-Laurent), Marie Fortin (Cégep André-Laurendeau), Nicolas Fournier (Cégep de Saint-Jérôme), Pascal Gagnon (Cégep de Rimouski), Christian Gagnon (Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu), Viviane Gauthier (Collège Montmorency), Catherine Gélinas (Cégep de Rimouski), Michèle Gélinas (Collège de Maisonneuve), Luc Giroux (Cégep Édouard-Montpetit), Sylvain Guilmain (Cégep du Vieux Montréal), Julie Guyot (Cégep Édouard-Montpetit), Christophe Hugon (Cégep Édouard-Montpetit), Gabriel Jacques-Bélair (Collège de Bois-de-Boulogne), Marie-Odette Lachaine (Collège Laflèche), Sylvain Lacoursière (Collège Ahuntsic), Louis Lafrenière (Cégep Édouard-Montpetit), Luc Laliberté (Cégep Garneau), Daniel Landry (Collège Laflèche et Cégep de Trois-Rivières), Karine Laplante (Cégep du Vieux Montréal), Gilles Laporte (Cégep du Vieux Montréal), Jean Sébastien Lavallée (Cégep du Vieux Montréal), Christiane Leduc (Collège de Valleyfield), Luc Lefebvre (Cégep du Vieux Montréal), David Lessard (Cégep de Sainte-Foy), Mario Lussier (Cégep de Lévis-Lauzon), Marco Machabée (Collège de Bois-de-Boulogne), Yan Maclure (Cégep de Sorel-Tracy), Coralie Marin (Cégep de Saint-Laurent), Daniel Massicotte (Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu), Alexandre Matteau (Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne), David Milot (Cégep régional de Lanaudière à L’Assomption), Josée Morrissette (Cégep régional de Lanaudière à Joliette), Chantal Paquette (Cégep André-Laurendeau), Nathalie Picard (Cégep André-Laurendeau), Jacques Pincince (Collège Rosemont), Stéphanie Poirier (Cégep régional de Lanaudière à Joliette), Ariane Poulin (Collège Rosemont), Francis Primeau (Collège de Maisonneuve), Christine Pronovost (Cégep de Sainte-Foy), Simon Rainville (Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne), Patrice Regimbald (Cégep du Vieux Montréal), Annie-Claude Roberge (Cégep de Thetford), Raphaël Rousseau-Mercier (Cégep de Sept-Îles) Simon Roy (Cégep Garneau), Jonathan Royer (Cégep de Lévis-Lauzon), Michael Rutherford (Cégep Gérald-Godin), François Sauvé (Collège de Valleyfield), Lynda Simard (Cégep de Sainte-Foy), Hélène St-Denis (Collège Montmorency), Stéphane St-Gelais (Cégep de Sept-Îles), Geneviève Tremblay (Cégep de St-Jérôme), Samuel Trudeau (Collège de Maisonneuve), Yanic Viau (Cégep du Vieux Montréal), André Yelle (Cégep de Saint-Laurent).

  • 1839-2014 : 175 ans d’histoire et de mémoire

    12 février 2014

    JPEGDeux membres du conseil d’administration de la Fondation Lionel-Groulx, Micheline Lachance et Gilles Laporte, tous deux historiens, participeront ce samedi 15 février aux activités organisées par le centre d’exposition La-Prison-des-Patriotes (903, avenue De Lorimier) à la mémoire de Chevalier de Lorimier, Amable Daunais, Charles Hindelang, Pierre-Rémi Narbonne et François Nicolas, cinq patriotes pendus au Pied-du-Courant le 15 février 1839. Cliquez sur l’image à droite pour consulter la programmation.

    IMPORTANT : bien que les activités de la journée soient gratuites, les places elles sont limitées, il faut donc réserver par téléphone au 450-787-3623.

    Nous attirons également votre attention sur un texte de Micheline Lachance intitulé « C’était il y a 175 ans : au Pied-du-Courant, le 15 février 1839 », qui est paru une première fois dans la tribune libre de Vigile.net il y a quelques jours.

  • Dix journées qui ont fait le Québec : la série offerte aux professeurs

    29 janvier 2014

    JPEGLa Fondation Lionel-Groulx vient de produire une brochure présentant, dans leur version audiovisuelle d’une durée d’environ 58 minutes, les conférences Dix journées qui ont fait le Québec, qui sont désormais disponibles gratuitement sur notre portail Internet pour consultation, téléchargement et diffusion.

    Grâce au soutien des ministres de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, cette brochure sera bientôt acheminée à tous les professeurs d’histoire des niveaux secondaire, collégial et universitaire, dans l’espoir qu’ils utilisent ces conférences comme matériel pédagogique d’appoint.

    Avec la diffusion de cette brochure se conclut notre grand projet Dix journées qui ont fait le Québec, qui fut d’abord une série de dix conférences présentées de 2011 à 2013, toujours devant une salle comble, à la Grande Bibliothèque, ensuite une série d’émissions diffusées sur les ondes de MAtv, émissions toujours disponibles sur Illico, par après un beau livre, bestseller depuis sa parution, publiée chez VLB éditeur, enfin une série de dix chroniques publiées le dimanche dans les pages du Journal de Montréal et du Journal de Québec.

    Ce projet s’est révélé être un grand succès qui illustre l’intérêt que portent les Québécoises et les Québécois à leur histoire nationale et qui témoigne de la pertinence de la mission de notre fondation.

    Pour consulter la brochure :

    - fondationlionelgroulx.org/IMG/pdf/dix-journees-qui-ont-fait-le-quebec-brochure.pdf

  • 21 janvier : jour du Drapeau

    21 janvier 2014
« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0