Accueil du site >Histoire du Québec >Figures marquantes de notre histoire >3e rencontre : Dorimène et Alphonse Desjardins et les artisans d’une économie (...)

3e rencontre : Dorimène et Alphonse Desjardins et les artisans d’une économie au service de la nation

Date : 7 avril 2015 à 19 h 00

Invité : Claude Béland, professeur

Animateur : Éric Bédard, historien

Lieu : Auditorium de la Grande Bibliothèque

Titre de la rencontre : Dorimène et Alphonse Desjardins et les artisans d’une économie au service de la nation

Résumé de la rencontre :

Il ne suffit pas de raconter l’histoire de l’économie du Québec en identifiant en chiffres les grands moments de son évolution. Il faut aussi savoir à qui cette évolution de l’économie profite, avant comme après la conquête jusqu’à aujourd’hui. Ce parcours historique nous mènera à la rencontre de plusieurs figures marquantes de notre histoire, et tout particulièrement de Dorimène et Alphonse Desjardins, initiateurs de cette idée de la démocratie et de la solidarité dans la gestion de l’épargne québécoise. On pourrait dire : une première révolution tranquille.


Enregistrement de la rencontre :

Texte de l’invité :

Présenter de grands artisans d’une économie au service de la nation, Dorimène et Alphonse Desjardins, est pour moi un grand honneur. Depuis plus de 60 ans, ils sont mes amis, mes conseillers. Ils n’ont jamais cesser d’influencer ma façon de penser, d’agir et d’espérer. Une relation féconde grâce à leurs écrits et grâce aussi à la mémoire de ceux qui les ont connus et aux historiens. Ce qui démontre, encore une fois, l’importance de la connaissance de l’histoire, tout particulièrement celle de son pays et de sa nation.

Pour mieux comprendre pourquoi nous pouvons dire que Dorimène et Alphonse Desjardins ont marqué l’histoire du Québec, il m’apparait utile de les situer dans l’époque et l’environnement dans lequel ils ont vécus.

Lire la suite...

Notes biographiques :

JPEG - 11 ko

Claude Béland est avocat et membre du Barreau du Québec. Il est actuellement professeur-associé à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), ainsi qu’à l’Institut de recherche en coopération de l’Université de Sherbrooke. De 1987 à 2000, il a présidé le Mouvement Desjardins. Il est actuellement président du conseil d’administration de la Fondation Lionel-Groux et du Mouvement démocratie et citoyenneté du Québec. Il a reçu des doctorats honoris causa de l’Université de Montréal (HEC), de l’Université Laval, de l’Université de Sherbrooke et de l’Université Jean Moulin, à Lyon, en France. Il est l’auteur de plusieurs articles et livres sur les coopératives, la démocratie et les procédures dans les assemblées délibérantes.

« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0