• RAPPEL : Armand Frappier (1904-1991), mardi 28 mars, 19 h, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque

    23 mars 2017

    Nous vous rappelons que la septième grande rencontre sur l’histoire de Montréal de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec le journaliste Yanick Villedieu, et intitulée « Armand Frappier (1904-1991) », aura lieu le mardi 28 mars 2017 à 19 h 00 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

    Pour assister à cette rencontre, les intéressés sont priés de réserver leurs sièges en ligne via le calendrier des activités de BAnQ.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.


  • Le droit de travailler en français au Québec menacé

    21 mars 2017

    Ce texte d’opinion des Partenaires pour un Québec français est paru dans Le Devoir du 21 mars 2017.


    Le 9 mars dernier, la Cour suprême a refusé d’entendre une cause qui portait sur l’exigence du bilinguisme pour certains postes de travail. Loin d’être anecdotique, cette décision suit la tendance prise par l’État et les tribunaux québécois de systématiquement minimiser la portée de la Charte de la langue française. Nous prenons la plume aujourd’hui pour sonner l’alarme puisque cette décision risque d’avoir un impact anglicisant important sur l’ensemble des milieux de travail québécois si les dispositions de la loi 101 ne sont pas renforcées.

    Rappelons les faits. Lors d’un affichage de postes en 2009, la Ville de Gatineau a exigé la connaissance de l’anglais pour des postes de commis aux finances. Le Syndicat des cols blancs de Gatineau y voyait une violation à la Charte de la langue française et s’est présenté devant un arbitre afin que cette exigence soit retirée. En 2013, l’arbitre de griefs, René Turcotte, en venait à la conclusion qu’il était utile, mais non nécessaire de connaitre l’anglais pour occuper les postes qui avaient été affichés en 2009. Selon lui, la Charte de la langue française, qui est supposée confirmer la langue française comme langue commune et normale du travail, a pour effet « de limiter grandement le droit de gérance des employeurs » quant à l’exigence du bilinguisme à l’embauche. Il ajoute que la « nécessité ne doit pas être confondue avec l’utilité, l’opportunité, la qualité du service offert par un employeur ».

    Or, selon la loi 101 (article 46), l’employeur ne peut pas exiger la connaissance ou un niveau de connaissance spécifique d’une langue autre que la langue française pour l’accès à un emploi ou à un poste à moins que l’accomplissement de la tâche ne le « nécessite ». C’est donc l’employeur qui a le fardeau de démontrer la nécessité de cette autre langue, et pas l’inverse.

    À la suite du jugement de l’arbitre de griefs, la Ville de Gatineau a porté la cause en Cour d’appel, où le juge Morissette a cassé la précédente décision en donnant à l’article 46 une interprétation qui restreint la notion de nécessité au profit d’un principe de droit individuel. « Selon les circonstances, une personne qui s’exprime dans une [autre langue que le français] devrait pouvoir compter sur une réponse intelligible dans cette langue », écrit le juge Yves-Marie Morissette. Le juge est allé jusqu’à qualifier d’excentrique la décision de l’arbitre Turcotte. Le Syndicat des cols blancs de Gatineau a demandé à la Cour suprême de pouvoir en appeler de la décision restrictive du juge Morissette, ce qu’elle a refusé le 9 mars dernier.

    Loin d’être un jugement parmi d’autres, l’interprétation restrictive du juge Morissette servira de jurisprudence pour les causes à venir concernant les exigences de bilinguisme pour accéder à un poste. Il est à craindre que d’autres employeurs tentent leur chance en exigeant, par exemple, la connaissance de l’anglais sous le motif de besoins ponctuels. En fait, la Cour d’appel n’a pas su tracer la ligne en faveur du français comme langue commune du travail et la Cour suprême a avalisé cette décision en refusant d’entendre le Syndicat.

    La Charte de la langue française aura 40 ans le 26 août 2017. Certains succès de cette loi phare semblent avoir fait oublier l’intention du législateur au moment de son adoption. L’objectif était de faire du français la langue commune de l’espace public. Pour atteindre cet objectif, le préambule de la Charte affirme que l’Assemblée nationale est résolue à faire du français la langue de l’État et de la loi aussi bien que la langue normale et habituelle du travail, à laquelle un chapitre entier est dédié. L’État a un rôle à jouer en mettant tout son poids du côté du français, notamment au travail, pour contrecarrer le poids du nombre des locuteurs de langue anglaise en Amérique. Selon le spécialiste en droit linguistique, Éric Poirier, par l’entremise du pouvoir judiciaire, l’État a plutôt, au fil du temps, minimisé la portée de la Charte de la langue française dans 78 % de ses jugements. Il est inquiétant qu’au Québec, le fait de parler français devienne moins important que le fait d’être bilingue. Si les Québécoises et Québécois veulent préserver le français comme langue commune et de travail, il est impératif de modifier la Charte de la langue française en ce sens.

    Dans le cas qui nous occupe ici, les recours judiciaires ont été épuisés et nous croyons que c’est maintenant au législateur québécois de réagir. Après tout, si le pouvoir judiciaire a interprété de façon restrictive la portée de la notion de « nécessité », l’Assemblée nationale peut très bien venir préciser son intention à l’égard de l’article 46 en y ajoutant des paramètres d’interprétation sur lesquels devront se baser les juges à l’avenir. Sans changer toute la loi, le gouvernement Couillard doit modifier la Charte de la langue française afin de répondre à la nouvelle interprétation restrictive des tribunaux et surtout pour baliser, en faveur du français au travail, les paramètres d’interprétation des juges.

    - Maxime Laporte, président général de la SSJB,
    - Jacques Létourneau, président de la CSN,
    - Daniel Boyer, président de la FTQ, 
    - Louise Chabot, présidente de la CSQ,
    - Christian Daigle, président du SFPQ, 
    - Sylvain Mallette, président de la FAE, 
    - Rose Crevier-Dagenais, présidente de la FECQ, 
    - Sophie Prégent, présidente de l’UDA,
    - Martine Desjardins, présidente du MNQ,
    - Pierre Graveline, directeur général de la Fondation Lionel-Groulx,
    - Éric Bouchard, directeur général du MQF. 

  • 20 mars : Journée internationale de la Francophonie

    20 mars 2017

    La Fondation Lionel-Groulx est heureuse de souligner la Journée internationale de la Francophonie, célébrée annuellement le 20 mars depuis 1988.

    Cette journée est l’occasion de fêter le français, langue internationale prestigieuse que nous avons en partage avec quelque 274 millions de personnes dans le monde.

    Rappelons que la Fondation soutient la promotion de la langue française en appuyant la coalition Partenaires pour un Québec français (PQF) de même que le Mouvement Québec français (MQF) et en étant membre de l’Association pour le soutien et l’usage de la langue française (ASULF).

    Nous vous invitons à visiter le site 20mars.francophonie.org, qui recense les milliers d’événements (concours, spectacles, festivals, rencontres littéraires, expositions, etc.) organisés partout où l’on aime le français.

  • Le texte de Jacques Rouillard sur Louis Laberge (1924-2002) est maintenant disponible sur notre portail

    15 mars 2017

    Le texte de l’historien Jacques Rouillard sur le syndicaliste Louis Laberge (1924-2002) est maintenant disponible en ligne sur notre portail.

    Rappelons que Jacques Rouillard était l’invité de l’historien Éric Bédard, le mardi 21 février dernier à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque, dans la cadre de la sixième grande rencontre de la série Figures marquantes de notre histoire — Montréal organisée par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec BAnQ, MATV, Québecor et le Fonds de solidarité FTQ.

    - Lire le texte de Jacques Rouillard

  • RAPPEL : Armand Frappier (1904-1991), mardi 28 mars, 19 h, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque

    13 mars 2017

    Nous vous rappelons que la septième grande rencontre sur l’histoire de Montréal de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec le journaliste Yanick Villedieu, et intitulée « Armand Frappier (1904-1991) », aura lieu le mardi 28 mars 2017 à 19 h 00 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

    Pour assister à cette rencontre, les intéressés sont priés de réserver leurs sièges en ligne via le calendrier des activités de BAnQ.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.


  • Campagne d’adhésion et de financement 2017 : joignez-vous à nous !

    1er mars 2017
    JPEG - 36.7 ko

    Grâce à ses membres et à ses partenaires, la Fondation Lionel-Groulx continue en 2017 à assumer sa mission de promotion de l’histoire, de la langue et de la culture de notre nation. Grâce à toutes ces personnes, associations, institutions et sociétés, nous poursuivons à la Grande Bibliothèque notre série sur les Figures marquantes de notre histoire – Montréal, série qui sera diffusée l’automne prochain sur les ondes de MAtv. Nous installons des plaques commémoratives dans les 28 stations de métro qui portent le nom de personnages importants de notre histoire et nous présentons pendant toute l’année 2017 une grande exposition à leur sujet au métro Place-des-Arts. Nous soutenons des mouvements comme la Coalition pour l’histoire et les Partenaires pour un Québec français. Nous contribuons à la remise de prix comme les prix du Mérite en histoire, à des événements comme la Journée nationale des patriotes, à la tenue de colloques, à la publication de livres et de revues qui font avancer la connaissance de notre histoire.

    Pour nous permettre de poursuivre notre mission et nos actions, nous invitons nos membres et nos partenaires à renouveler dès aujourd’hui leur adhésion et leur contribution à la Fondation Lionel-Groulx pour l’année 2017.

    Pour relever les défis qui sont les siens et assurer son financement, notre fondation doit par ailleurs impérativement augmenter cette année son nombre de membres et de partenaires. Aussi, nous lançons un appel à toutes les personnes qui ont le Québec au cœur et qui ont à cœur la promotion de son histoire, de sa langue et de sa culture : joignez-vous à nous !

    À la réception de votre contribution, un reçu pour fins de déduction fiscale aux deux ordres de gouvernement vous sera transmis.

    Pour participer à notre grande aventure, suivre le lien :

    - Adhérer à la Compagnie des cinq cents associés

  • Le texte de Karine Hébert sur Marie Lacoste Gérin-Lajoie (1867-1945) et sa fille, Marie Gérin-Lajoie (1890-1971), est maintenant disponible sur notre portail

    28 février 2017

    Le texte de Karine Hébert sur Marie Lacoste Gérin-Lajoie (1867-1945) et sa fille, Marie Gérin-Lajoie (1890-1971), est maintenant disponible en ligne sur notre portail.

    Rappelons que Karine Hébert était l’invitée de l’historien Éric Bédard, le mardi 13 décembre dernier à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque, dans la cadre de la quatrième grande rencontre de la série Figures marquantes de notre histoire — Montréal organisée par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec BAnQ, MATV, Québecor et le Fonds de solidarité FTQ.

    - Lire le texte de Karine Hébert

  • Mardi c’est Wiki à BAnQ : 7 mars 2017

    23 février 2017

    Le premier mardi de chaque mois, des wikipédistes d’expérience donnent rendez-vous à tous ceux et toutes celles qui désirent apprendre comment bien contribuer à Wikipédia.

    PNG - 161.1 ko

    Les objectifs de ces rencontres sont d’améliorer le contenu francophone de Wikipédia, d’augmenter le nombre des contributeurs d’ici, de tirer profit des ressources documentaires et professionnelles de BAnQ et de diffuser massivement la connaissance sur le Québec et l’Amérique francophone.

    La Fondation Lionel-Groulx vous invite à participer en grand nombre à la prochaine édition de cette activité, le mardi 7 mars prochain de 17h00 à 21h30 à la Grande Bibliothèque (475, boul. de Maisonneuve Est, salle 3.120). Cette édition de l’atelier, qui aura lieu dans le cadre du Mois international de la contribution francophone 2017, se déroulera sous le thème « Femmes de sciences ».

    Sont habituellement présents pour animer l’atelier de formation, Mathieu Gauthier-Pilote de la Fondation Lionel-Groulx, Benoît Rochon de Wikimédia Canada et Ha-Loan Phan de l’Acfas.

    Alors si vous êtes passionné(e) d’histoire et que la complexité de Wikipédia vous a jusqu’ici fait reculer, voilà votre chance !

    Plus d’informations :

    - fr.wikipedia.org/wiki/WP:BAnQ

  • Figures marquantes de notre histoire — Montréal : succès de la sixième rencontre

    22 février 2017

    Hier soir, mardi le 21 février 2017, se déroulait à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque la sixième grande rencontre de la série Figures marquantes de notre histoire — Montréal, organisée par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec BAnQ, MAtv, Québecor et le Fonds de solidarité FTQ.

    Lors de cet événement, qui s’est déroulé encore une fois devant une salle bien remplie, l’historien Éric Bédard recevait l’historien Jacques Rouillard pour discuter de Louis Laberge (1924-2002), figure remarquable du syndicalisme québécois, qui a été président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) pendant 27 ans, de 1964 à 1991.

    Rappelons que la rencontre a été captée par MAtv et qu’elle sera diffusée à l’automne 2017. Rappelons également que le texte de Jacques Rouillard sur Louis Laberge sera publié prochainement sur notre portail.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.

  • RAPPEL : Louis Laberge (1924-2002), mardi 21 février, 19 h, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque

    16 février 2017

    Nous vous rappelons que la sixième grande rencontre sur l’histoire de Montréal de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec l’historien Jacques Rouillard, et intitulée « Louis Laberge (1924-2002) », aura lieu le mardi 21 février 2017 à 19 h 00 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

    Pour assister à cette rencontre, les intéressés sont priés de réserver leurs sièges en ligne via le calendrier des activités de BAnQ.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.


  • Une grande exposition et des plaques commémoratives présentant 28 figures historiques du métro de Montréal sont dévoilées

    13 février 2017

    La Fondation Lionel-Groulx, en partenariat avec la Société de transport de Montréal et Québecor, a inauguré aujourd’hui le grand projet de commémoration Le métro, véhicule de notre histoire . Ce projet vise à faire connaître au public 28 personnages historiques dont on a donné le nom à une station du métro de Montréal.

    Le projet comporte deux volets : l’installation, sur les quais des 28 stations de métro concernées, de plaques commémorant ces 28 figures marquantes de notre histoire et la présentation, pendant toute l’année 2017, d’une grande exposition qui leur est consacrée à la Passerelle des Arts du métro Place-des-Arts. Cette exposition, qui comporte une quarantaine d’affiches, sera également présentée à partir du 15 février dans le hall d’entrée du siège social de Québecor, ouvert au public, situé au 612, rue Saint-Jacques, à Montréal.

    L’inauguration de l’exposition et des plaques s’est déroulée en présence de messieurs Jacques Girard, président de la Fondation Lionel-Groulx, Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal, Pierre Dion, président de Québecor ainsi que Denis Coderre, maire de Montréal. Devant un parterre de membres de la Fondation Lionel-Groulx et d’acteurs du milieu de l’histoire, ils ont exprimé leur joie d’assister à la concrétisation de cette initiative.

    « Alors que Montréal célèbre son 375e anniversaire, nous sommes très heureux de réaliser ce projet de commémoration qui permettra au grand public d’approfondir leur connaissance de plusieurs personnages historiques et par le fait même leur compréhension de l’histoire de Montréal », a mentionné M. Girard, président de la Fondation Lionel-Groulx.

    « Le métro de Montréal étant intimement lié à l’histoire de la métropole, il nous apparaissait important que les gens connaissent l’histoire derrière ces personnages marquants dont on a donné le nom à des stations de métro qu’ils fréquentent quotidiennement. C’est d’autant plus intéressant que ce projet arrive quelques mois après le 50e anniversaire du métro » a ajouté M. Schnobb, président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal.

    « La promotion du patrimoine québécois est une valeur très importante pour Québecor », a souligné pour sa part M. Dion, président de Québecor. « Cela était tout naturel pour nous d’offrir notre soutien financier à cette initiative qui met si bien en valeur l’histoire de notre belle métropole ! »

    - Le projet Le métro, véhicule de notre histoire
    - Les 28 plaques commémoratives installées sur les quais du métro
    - Les 40 affiches de la grande exposition de la Passerelle des Arts
    - La carte interactive des 28 stations de métro
    - L’allocution de Jacques Girard, président du conseil de la Fondation Lionel-Groulx
    - Les photos du lancement de l’exposition à la Passerelle des Arts

  • Le texte d’Andrée Lévesque sur Éva Circé-Côté (1871-1949) est maintenant disponible sur notre portail

    8 février 2017

    Le texte d’Andrée Lévesque sur Éva Circé-Côté (1871-1949) est maintenant disponible en ligne sur notre portail.

    Rappelons qu’Andrée Lévesque était l’invitée de l’historien Éric Bédard, le mardi 24 janvier dernier à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque, dans la cadre de la cinquième grande rencontre de la série Figures marquantes de notre histoire — Montréal organisée par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec BAnQ, MATV, Québecor et le Fonds de solidarité FTQ.

    - Lire le texte d’Andrée Lévesque

  • Louis Laberge (1924-2002), mardi 21 février, 19 h, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque

    6 février 2017

    Nous vous rappelons que la sixième grande rencontre sur l’histoire de Montréal de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec l’historien Jacques Rouillard, et intitulée « Louis Laberge (1924-2002) », aura lieu le mardi 21 février 2017 à 19 h 00 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

    Pour assister à cette rencontre, les intéressés sont priés de réserver leurs sièges en ligne via le calendrier des activités de BAnQ.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.


  • Centième anniversaire de la revue L’Action nationale

    2 février 2017

    C’est en janvier 1917 que paraissait le premier numéro de L’Action française, revue montréalaise dirigée par Lionel Groulx dans les années 1920, qui deviendra par la suite L’Action nationale. Cette exceptionnelle longévité de la revue sera célébrée de diverses manières au courant de 2017. Pour inaugurer ces célébrations, L’Action nationale a fait réaliser une exposition virtuelle, dont le dévoilement public vient tout juste d’avoir lieu. La Fondation Lionel-Groulx est heureuse d’avoir apportée son soutien financier à la réalisation de ce projet de commémoration.

    Pour visiter l’exposition virtuelle :

    http://100e.action-nationale.qc.ca

  • Mardi c’est Wiki à BAnQ : 7 février 2017

    31 janvier 2017

    Le premier mardi de chaque mois, des wikipédistes d’expérience donnent rendez-vous à tous ceux et toutes celles qui désirent apprendre comment bien contribuer à Wikipédia.

    Les objectifs de ces rencontres sont d’améliorer le contenu francophone de Wikipédia, d’augmenter le nombre des contributeurs d’ici, de tirer profit des ressources documentaires et professionnelles de BAnQ et de diffuser massivement la connaissance sur le Québec et l’Amérique francophone.

    La Fondation Lionel-Groulx vous invite à participer en grand nombre à cette activité, qui se déroulera le mardi 7 février prochain de 17h00 à 21h30 à la Grande Bibliothèque (475, boul. de Maisonneuve Est, salle 3.120).

    Sont habituellement présents pour animer l’atelier de formation, Mathieu Gauthier-Pilote de la Fondation Lionel-Groulx, Benoît Rochon de Wikimédia Canada et Ha-Loan Phan de l’Acfas.

    Alors si vous êtes passionné(e) d’histoire et que la complexité de Wikipédia vous a jusqu’ici fait reculer, voilà votre chance !

    Plus d’informations :

    - fr.wikipedia.org/wiki/WP:BAnQ

« Chaque génération, depuis 1760, a dû mériter de rester française. Celle d’aujourd’hui ni celle de demain ne le resteront à un moindre prix. »
Lionel Groulx, 1952.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0