La Fondation Lionel-Groulx

  • La Fondation Lionel-Groulx devient partenaire des Rendez-vous d’histoire de Québec

    La Fondation Lionel-Groulx et les Rendez-vous d’histoire de Québec sont heureux d’annoncer la conclusion d’une entente de partenariat entre les deux organismes.

    Les Rendez-vous d’histoire de Québec se dérouleront à Québec du 15 au 18 août 2019. La Fondation Lionel-Groulx y parrainera l’événement inaugural, un grand entretien avec l’historien Denis Vaugeois sur l’ensemble de son œuvre animé par le vice-président de la Fondation, l’historien Éric Bédard. La Fondation présentera aussi un second entretien, également animé par Éric Bédard, avec l’historien Charles-Philippe Courtois, biographe de Lionel Groulx. Ces activités prestigieuses se tiendront dans le cadre exceptionnel de la chapelle du Musée de l’Amérique francophone.

    La Fondation Lionel-Groulx organisera le 14 août, à la veille et en prévision des Rendez-vous, un grand événement de formation et de contribution à Wikipédia visant à y enrichir les contenus sur l’histoire du Québec et du fait français en Amérique. Cette encyclopédie numérique, visitée chaque mois par plus de 25 millions de francophones, est devenue la principale source d’information des jeunes Québécois.

    En plus des activités présentées en partenariat, la Fondation fera don de 25 exemplaires de son beau livre Dix journées qui ont fait le Québec, qui feront l’objet d’un tirage auprès des participants aux Rendez-vous d’histoire de Québec.

    Les deux organismes partageant la même mission de promotion et de diffusion de la connaissance de l’histoire du Québec auprès d’un large public, la présidente des Rendez-vous d’histoire de Québec, Catherine Ferland, et le directeur général de la Fondation Lionel-Groulx, Pierre Graveline, se réjouissent de ce partenariat qui contribuera à assurer le développement et la pérennité de cet événement culturel majeur, dont la programmation complète sera annoncée en mai.

    Pour en savoir plus :

    - www.fondationlionelgroulx.org
    - rendezvoushistoirequebec.com

  • Marguerite Bourgeoys (1620-1700) : le mercredi 1er mai, 19 h, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque

    Nous vous rappelons que la huitième grande rencontre sur l’histoire de la Nouvelle-France de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec l’archiviste Denys Chouinard, et intitulée « Marguerite Bourgeoys (1620-1700) », aura lieu le mercredi 1er mai 2019 à 19 h à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

    Pour assister à cette rencontre, les intéressés sont priés de réserver leurs sièges en ligne via le système de réservation de BAnQ.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.


  • Figures marquantes de notre histoire — La Nouvelle-France : une septième rencontre enrichissante

    Hier soir, mercredi le 3 avril 2019, se déroulait à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque la septième grande rencontre sur l’histoire de la Nouvelle-France de la série Figures marquantes de notre histoire, organisée par la Fondation Lionel-Groulx de concert avec BAnQ et MAtv, et avec le soutien de Québecor, du Mouvement Desjardins, de la Fondation J.A. DeSève, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, du Fonds de solidarité FTQ et de Fondaction.

    C’est dans une salle bien remplie que l’historien Éric Bédard recevait Nicolle Forget, biographe, pour discuter de la vie et de l’époque d’Agathe de Saint-Père (1657-1748), marchande de Montréal, fondatrice vers 1700 d’une manufacture de tissage. Le public attend avec impatience la biographie de cette pionnière de l’entreprenariat que Mme Forget prévoit livrer en 2020.

    Rappelons que la rencontre a été captée par MAtv et qu’elle sera diffusée en 2019. Rappelons également que le texte de Nicolle Forget sur Agathe de Saint-Père sera publié prochainement sur notre portail.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série

  • La Fondation Lionel-Groulx reçoit une importante subvention de la Fondation Wikimédia

    Dans la foulée de l’obtention d’une importante subvention de 65 000 $ CA de la Fondation Wikimédia, la Fondation Lionel-Groulx lance officiellement son grand projet visant à construire et à soutenir une communauté d’individus et d’organismes intéressés par le développement et l’amélioration de contenus sur l’histoire du Québec et de l’Amérique du Nord francophone dans les wikimédias, en particulier dans l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

    Malgré des efforts constants de la Fondation Lionel-Groulx, en partenariat avec l’Acfas, BAnQ, et Wikimédia Canada, et de plusieurs wikipédiens dévoués « le Québec est toujours à la traîne quant à la participation à la plus importante entreprise de partage de connaissances de l’histoire de l’humanité que représente cette encyclopédie universelle devenue la première source d’information des jeunes Québécois », rappelle Pierre Graveline, directeur général de la fondation.

    C’est avec l’objectif d’impulser une nouvelle dynamique que la Fondation Lionel-Groulx a obtenu cette subvention lui permettant de recruter un « wikimédien en résidence » dont le mandat sera d’organiser des événements importants de formation et de soutien visant la contribution d’individus et d’organisations afin d’améliorer et d’enrichir les contenus sur le Québec et son histoire. À cette fin, la Fondation lance un appel à s’associer à ce projet à la communauté des historiens, aux enseignants et aux étudiants en histoire, et à toutes personnes passionnées par l’histoire du Québec, de même qu’à tous les organismes et institutions qui ont à cœur d’assurer une meilleure présence de l’histoire du Québec et de l’Amérique du Nord francophone sur le cinquième site internet le plus visité au monde.

    Pour en savoir plus :

    - La Fondation Lionel-Groulx, l’histoire du Québec et les wikimédias
    - Le projet « Histoire du Québec et de l’Amérique du Nord francophone »
    - Joindre le Wikimédien en résidence de la Fondation Lionel-Groulx

  • RAPPEL — Agathe de Saint-Père (1657-1748) : le mercredi 3 avril, 19 h, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque

    Nous vous rappelons que la septième grande rencontre sur l’histoire de la Nouvelle-France de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec la biographe Nicolle Forget, et intitulée « Agathe de Saint-Père (1657-1748) », aura lieu le mercredi 3 avril 2019 à 19 h à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

    Pour assister à cette rencontre, les intéressés sont priés de réserver leurs sièges en ligne via le système de réservation de BAnQ.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.


  • Le texte de l’anthropologue Serge Bouchard sur la famille La Vérendrye est maintenant disponible sur notre portail

    Le texte de l’anthropologue Serge Bouchard sur la famille La Vérendrye est maintenant disponible en ligne sur notre portail.

    Rappelons que Serge Bouchard était l’invité de l’historien Éric Bédard, le mercredi 6 février 2019 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque, dans la cadre de la cinquième grande rencontre de la série Figures marquantes de notre histoire — Nouvelle-France organisée par la Fondation Lionel-Groulx de concert avec BAnQ et MAtv, et avec le soutien de Québecor, du Mouvement Desjardins, de la Fondation J.A. DeSève, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, du Fonds de solidarité FTQ et de Fondaction.

    - Lire le texte de Serge Bouchard (et Marie-Christine Lévesque)

  • Mardi c’est Wiki à BAnQ : 2 avril 2019

    PNGLe premier mardi de chaque mois, des wikipédistes d’expérience donnent rendez-vous à tous ceux et toutes celles qui désirent apprendre comment bien contribuer à Wikipédia.

    Les objectifs de ces rencontres sont d’améliorer le contenu francophone de Wikipédia, d’augmenter le nombre des contributeurs d’ici, de tirer profit des ressources documentaires et professionnelles de BAnQ et de diffuser massivement la connaissance sur le Québec et l’Amérique francophone.

    La Fondation Lionel-Groulx vous invite à participer en grand nombre à la prochaine édition de cette activité, mardi le 2 avril, de 18h30 à 21h30 à la Grande Bibliothèque (475, boul. de Maisonneuve Est, salle « La serre » au niveau 2).

    Sont habituellement présents pour animer l’atelier de formation, Mathieu Gauthier-Pilote de la Fondation Lionel-Groulx, Benoît Rochon de Wikimédia Canada, Johanne Lebel de l’Acfas, de même que deux bibliothécaires de BAnQ.

    Alors si l’histoire vous passionne et que la complexité de Wikipédia vous a jusqu’ici fait reculer, voilà votre chance !

    Plus d’informations :

    - fr.wikipedia.org/wiki/WP:BAnQ
    - banq.qc.ca/activites/wiki
    - commons.wikimedia.org/wiki/Commons:FLG

  • 20 mars 2019 : Journée internationale de la Francophonie

    La Fondation Lionel-Groulx est heureuse de souligner la Journée internationale de la Francophonie, célébrée annuellement le 20 mars depuis 1988.

    Cette journée est l’occasion de fêter le français, langue internationale prestigieuse que nous avons en partage avec quelque 300 millions de personnes sur cinq continents.

    Rappelons que la Fondation promeut la langue française, notamment en étant membre de la coalition Partenaires pour un Québec français (PQF) et en appuyant le Mouvement Québec français (MQF) et l’Association pour le soutien et l’usage de la langue française (ASULF).

    Nous vous invitons à visiter le site 20mars.francophonie.org, qui recense les milliers d’événements (concours, spectacles, festivals, rencontres littéraires, expositions, etc.) organisés partout où l’on aime le français.

  • Agathe de Saint-Père (1657-1748) : le mercredi 3 avril, 19 h, à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque

    Nous vous rappelons que la septième grande rencontre sur l’histoire de la Nouvelle-France de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec la biographe Nicolle Forget, et intitulée « Agathe de Saint-Père (1657-1748) », aura lieu le mercredi 3 avril 2019 à 19 h à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque.

    Pour assister à cette rencontre, les intéressés sont priés de réserver leurs sièges en ligne via le système de réservation de BAnQ.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.


  • Lettre au ministre de l’Éducation au sujet de la formation des maîtres

    JPEGDans une lettre parue dans les médias le 27 février dernier, les historiennes Brigitte Caulier, Louise Bienvenue et Karine Hébert, représentantes de l’Institut d’histoire de l’Amérique française, posaient le bon diagnostic en liant la crise actuelle des effectifs enseignants au secondaire avec la formation des maîtres. Elles proposaient que les détenteurs d’un baccalauréat disciplinaire puissent accéder à la profession d’enseignant une fois complété l’équivalent d’un certificat de premier cycle en pédagogie.

    Les soussignés souhaitent unanimement appuyer cette proposition. C’était d’ailleurs la toute première recommandation faite dans une étude parue en 2017 pour le compte de la Coalition pour l’histoire sur la formation des enseignants au Québec. S’appuyant sur le témoignage de 214 enseignants, on concluait que le baccalauréat en enseignement actuel de quatre ans donnait globalement peu satisfaction et qu’il ne devait surtout pas demeurer la filière unique donnant accès à la profession d’enseignant. À notre avis, ouvrir la profession à ceux et celles bénéficiant d’une formation universitaire dans une discipline enseignée au secondaire (sciences, littérature, histoire, etc.) permettrait d’une part de compléter les équipes d’enseignants par l’apport d’individus motivés et compétents. D’autres parts, elle permettrait également de revaloriser l’importance des connaissances et de diversifier les approches pédagogiques susceptibles de motiver les jeunes.

    Rappelons que le baccalauréat en enseignement au secondaire actuel alloue la part du lion à des cours de didactique, de psychopédagogie et de sciences de l’éducation en général. En revanche, moins de la moitié de la formation vise à faire l’apprentissage du contenu que les futurs enseignants auront pour tâche de transmettre. Par exemple, dans le cas du baccalauréat en enseignement au secondaire, profil univers social, où l’apprentissage de l’histoire du Québec devrait occuper une place prépondérante puisqu’il s’agit d’une matière de base, le futur enseignant n’aura suivi en moyenne que trois cours sur ce sujet durant toute sa formation universitaire, dont seulement deux cours sont obligatoires. Selon nous, il s’agit clairement d’un bagage disciplinaire insuffisant pour prétendre maîtriser le sujet et ensuite pouvoir l’approfondir avec ses élèves.

    Ce baccalauréat en enseignement au secondaire a aussi eu pour conséquence de standardiser et d’uniformiser les approches pédagogiques empruntées par les enseignants. Or tous les élèves ne sont pas sensibles au même profil d’enseignant et aux mêmes stratégies pédagogiques. Certains sont touchés par des êtres de culture, captivants, éloquents et érudits, tandis que d’autres le seront davantage par des pédagogues sachant mieux exploiter leurs compétences procédurales. Il est illusoire de prétendre à une telle diversité si les enseignants sont tous formés à la même enseigne. Au contraire, l’apport d’individus formés dans des filières disciplinaires, comme c’était le cas au Québec avant 1994, permet de diversifier les approches pédagogiques et d’offrir aux élèves d’autres modèles d’enseignement que ceux uniformément mis de l’avant par les sciences de l’éducation.

    Dans le cadre de la rédaction de notre étude, ces constats ont été corroborés par les enseignants eux-mêmes qui nous ont confié avoir très peu tiré profit de leurs quatre années d’études pendant leur baccalauréat en enseignement au secondaire. Ils ont admis avoir surtout appris leur métier lors de stages et durant leurs laborieuses premières années d’enseignement. À la question, « Quel(s) cours considérez-vous superflus dans votre formation ? », les enseignants désignent clairement les cours de didactique et de psychopédagogie. Et à la question « Quel(s) cours vous ont semblé manquer dans votre formation ? », les cours disciplinaires arrivent en tête de liste [1].

    Comme les élèves, les parents et les enseignants eux-mêmes, les soussignés sont d’avis qu’un bon enseignant est d’abord quelqu’un qui connaît bien sa matière. Ouvrir la profession à ceux et celles ayant privilégié une formation disciplinaire dans leur parcours universitaire est donc plus qu’un pis-aller afin de combler les effectifs dans nos écoles, mais clairement une avenue permettant d’enrichir les connaissances transmises aux élèves et de diversifier les stratégies d’enseignement propres à soutenir la motivation et la persévérance scolaire.

    Rédigée par Gilles Laporte, porte-parole de la Coalition pour l’histoire, cette lettre a été signée par :

    Pierre Graveline, directeur général de la Fondation Lionel-Groulx

    Raymond Bédard, président de la Société des professeurs d’histoire du Québec

    Richard Bégin, président de la Fédération Histoire Québec

    Etienne-Alexis Boucher, président du Mouvement national des Québécoises et Québécois

    Robert Comeau, président de la Société historique de Montréal

    Paul Dauphinais, président de l’Association des professeurs d’histoire des collèges du Québec (APHCQ)

    Gaston Deschênes, représentant de la Société historique de Québec

    Maxime Laporte, président général, Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal

Nous joindre :

261, avenue Bloomfield
Outremont (Québec) H2V 3R6
Téléphone : 514 271-4759
Courriel : Cliquez ici

Nous suivre :

Actualité de l'histoire

Ressources éducatives libres

Le métro, véhicule de notre histoire

Figures marquantes de notre histoire

Dix journées qui ont fait le Québec