La Fondation Lionel-Groulx

  • Maurice Duplessis (1890-1959) : le mardi 2 février 2021, 19 h, en webdiffusion

    La cinquième grande rencontre sur le siècle de la Révolution tranquille de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec l’historien Jonathan Livernois, et intitulée « Maurice Duplessis (1890-1959) », aura lieu le mardi 2 février 2021 à 19 h, en webdiffusion.

    Notez qu’en raison des mesures sanitaires actuelles, la Grande Bibliothèque est fermée au public.

    La grande rencontre aura lieu en ligne dès 19 h :

    - Abonnés de Facebook
    facebook.com/fondationlionelgroulx

    - Non abonnés de Facebook
    direct.webtv.coop/fondationlionelgroulx/

    Résumé de la rencontre

    Maurice Duplessis a dirigé le Québec de 1936 à 1939, puis de 1944 à 1959. Pour plusieurs, l’homme politique a été l’incarnation de ce que l’historiographie a longtemps reconnu comme la « Grande Noirceur ». Pour d’autres, Duplessis a été, au contraire, l’éveilleur de la conscience québécoise, la figure par excellence d’un nationalisme combatif. L’historien doit-il trancher entre ces deux images ? Jonathan Livernois, auteur de La révolution dans l’ordre. Une brève histoire du duplessisme (Boréal, 2018), tentera d’offrir ici une perspective innovante sur ce personnage dont on n’a jamais véritablement tout dit, tout en rappelant que, quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, cet homme a été élu 5 fois par les Québécois. Cela appelle bien quelques explications.

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.

  • Joyeux Noël et Bonne Année !

    GIFM. Jacques Girard, président, Mme Myriam D’Arcy, directrice générale, ainsi que les membres du conseil d’administration, souhaitent à tous les membres de la Fondation Lionel-Groulx, de même qu’à toutes les personnes qui ont le Québec au cœur et qui ont à cœur la promotion de son histoire nationale, un très joyeux Noël et une excellente année 2021 !

    Fermés à compter du vendredi 18 décembre, les bureaux de la Fondation rouvriront le lundi 4 janvier prochain.

    En guise de cadeau pour vos oreilles, nous vous offrons quelques airs de musique de la période des Fêtes :

    - « Voilà le Père Noël », chanté par La Bolduc.
    - « J’ai vu maman embrasser le père Noël », chanté par Line Renaud et un chœur de garçons.
    - « Ave Maria », chanté par Andrea Bocelli.
    - « Vive le vent », chanté par Nathalie Simard.
    - « Trois anges sont venus ce soir », chanté par Marie-Michèle Desrosiers.
    - « Agnus Dei », chanté par Mario Pelchat, Sophia-Rose Boulanger et Les Prêtres.
    - « Dans cette étable », chanté par Marc Hervieux.
    - « Noël c’est l’Amour », chanté par Paolo Noël.
    - « Marie-Noël », chanté par Claude Gauthier.
    - « Sainte nuit », chanté par Tino Rossi.
    - « Père Noël arrive ce soir », chanté par Ginette Reno.
    - « Le bas de Noël », chanté par La Bolduc.
    - « La plus belle nuit du monde », chanté par Chantal Pary.
    - « 23 décembre », chanté par Beau Dommage.
    - « Noël russe », chanté par des enfants.
    - « Adeste Fideles », chanté par Luciano Pavarotti.
    - « Minuit, chrétiens », chanté par Fernand Gignac.
    - « Le sentier de neige », chanté par Les Classels.
    - « Petit Papa Noël », chanté par Estelle Caron.
    - « Noël est arrivé », chanté par Les Trois Accords.
    - « La Valse de Noël », chanté par Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau.

  • Élection de Jacques Girard à la présidence du Conseil de l’Ordre national du Québec !

    Nous sommes très fiers et très heureux d’annoncer que monsieur Jacques Girard, président de la Fondation Lionel-Groulx, a été élu président du Conseil de l’Ordre national du Québec. Le 14 décembre, les membres du Conseil se sont réunis afin d’élire un nouveau président du Conseil. À l’issue de la réunion, M. Jacques Girard, C.Q., a été élu président. Il succède à madame Liza Frulla, O.Q., présidente sortante. Il s’agit d’un grand honneur, amplement mérité, qui témoigne de sa riche et fructueuse carrière, ainsi que de son engagement indéfectible envers le développement de la nation québécoise.

    Jacques Girard a travaillé pour les secteurs public et privé, successivement dans le monde éducatif, dans le milieu des communications et dans le domaine du développement économique. Il a occupé plusieurs postes de direction, notamment ceux de secrétaire général de l’Université de Montréal (1969-1974), de sous-ministre adjoint à l’Enseignement supérieur (1974-1978), de sous-ministre de l’Éducation (1978-1983), de président-directeur général de la Société de radio-télévision du Québec (1983-1988) et de Montréal International (1996-2004) ainsi que de président du groupe Québecor (1994-1996) et du conseil d’administration du Centre financier international de Montréal (1997-2015). Il a terminé son mandat au conseil d’administration de Finance Montréal en 2017. M. Girard fait actuellement partie des conseils d’administration de l’Université de Montréal, de la Fondation pour l’alphabétisation et du Festival Classica. Il est également président des conseils d’administration de la Fondation Lionel-Groulx et de l’Association générale des diplômés de l’Université de Montréal.

    M. Girard a été élu au Conseil de l’Ordre en 2017 et réélu en 2020.

    Voici le lien vers la nouvelle :

    - Nouvelle du 15 décembre – Élection au Conseil de l’Ordre national du Québec (gouv.qc.ca)

  • Front uni du Québec pour la langue française

    Le 24 novembre 2020, les élues et élus de l’Assemblée nationale ont clairement affirmé que la situation de la langue française au Québec nécessite une action gouvernementale forte. Ce front uni des élus de l’Assemblée nationale mérite d’être souligné, d’autant plus qu’il envoie un message clair à l’ensemble de la société.

    La relance linguistique passe notamment par une réouverture de la Charte de la langue française, qui doit être renforcée. De plus, il est par conséquent nécessaire que l’application de la Charte soit dorénavant étendue aux entreprises de compétence fédérale situées en territoire québécois. Les Québécoises et Québécois doivent pouvoir travailler dans leur langue, le français, et la législation québécoise doit s’appliquer sur l’intégralité du territoire québécois.

    Appuyée sur des faits

    Une telle mesure est nécessaire et s’appuie sur des faits. Selon les données de Statistique Canada, le Québec comptait en 2016 quelque 240 000 travailleurs œuvrant au sein d’entreprises de compétence fédérale.

    L’Office québécois de la langue française a analysé l’usage de la langue en milieu de travail par les employés de différents secteurs au Québec, y compris ceux relevant de la compétence du Parlement du Canada.

    D’un point de vue comparatif, on remarque que dans plusieurs secteurs de compétence fédérale, une proportion moins importante d’employés utilise le français de façon prédominante au travail comparativement à la moyenne des entreprises du secteur privé. De surcroît, la prédominance du français au travail a diminué dans tous les secteurs de compétence fédérale entre 2006 et 2016. La mesure envisagée est donc nécessaire.

    Volonté

    La société québécoise dans son ensemble se rallie à la volonté gouvernementale et parlementaire d’étendre les exigences de la Charte de la langue française aux entreprises de compétence fédérale situées au Québec. D’une seule et même voix, nous exigeons du gouvernement du Canada qu’il s’engage formellement à collaborer avec le Québec afin d’assurer la mise en œuvre de ce changement.

    Simon Jolin-Barrette

    Ministre de la Justice et ministre responsable de la Langue française

    Catherine Fournier

    Députée de Marie-Victorin

    Guy Ouellette

    Député de Chomedey

    Régis Labeaume

    Maire de la Ville de Québec

    Valérie Plante

    Mairesse de la Ville de Montréal

    Gilles Lehouillier

    Maire de la Ville de Lévis

    Maxime Pedneaud-Jobin

    Maire de la Ville de Gatineau

    Marc Demers

    Maire de la Ville de Laval

    Sylvie Parent

    Mairesse de la Ville de Longueuil

    Christian Daigle

    Président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

    Line Lamarre

    Présidente du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

    Sophie Prégent

    Présidente de l’Union des artistes

    Marcel Groleau

    Président général de l’Union des producteurs agricoles

    Marie-Anne Alepin

    Présidente générale de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal

    Etienne-Alexis Boucher

    Président de la Société nationale de l’Estrie

    Thérèse David

    Présidente du Mouvement national des Québécoises et Québécois

    Sandra Dessureault

    Présidente de la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie

    Jacques Girard

    Président de la Fondation Lionel-Groulx

    Alain Martineau

    Président de la Société nationale de l’Est du Québec

    Jean-Paul Perreault

    Président du mouvement Impératif français

  • RAPPEL — Félix Leclerc (1914-1988) : le mardi 1er décembre 2020, 19 h, en webdiffusion

    Nous vous rappelons que la quatrième grande rencontre sur le siècle de la Révolution tranquille de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec l’historien Jean-Pierre Sévigny, et intitulée « Félix Leclerc (1914-1988) », aura lieu le mardi 1er décembre 2020 à 19 h, en webdiffusion.

    Notez qu’en raison des mesures sanitaires actuelles, la Grande Bibliothèque est fermée au public.

    La grande rencontre aura lieu en ligne dès 19 h :

    - Abonnés de Facebook
    facebook.com/fondationlionelgroulx

    - Non abonnés de Facebook
    direct.webtv.coop/fondationlionelgroulx/

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.

  • Félix Leclerc (1914-1988) : le mardi 1er décembre 2020, 19 h, en webdiffusion

    La quatrième grande rencontre sur le siècle de la Révolution tranquille de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec l’historien Jean-Pierre Sévigny, et intitulée « Félix Leclerc (1914-1988) », aura lieu le mardi 1er décembre 2020 à 19 h, en webdiffusion.

    Notez qu’en raison des mesures sanitaires actuelles, la Grande Bibliothèque est fermée au public.

    La grande rencontre aura lieu en ligne dès 19 h :

    - Abonnés de Facebook
    facebook.com/fondationlionelgroulx

    - Non abonnés de Facebook
    direct.webtv.coop/fondationlionelgroulx/

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.

  • Le texte de Lucia Ferretti sur Ignace Bourget est maintenant disponible sur notre portail

    Le texte de l’historienne et professeure de l’Université du Québec à Trois-Rivières Lucia Ferretti sur Monseigneur Ignace Bourget (1799-1885) est maintenant en ligne sur notre portail.

    Rappelons que Lucia Ferretti était l’invitée de l’historien Éric Bédard, le 24 septembre dernier à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque, dans la cadre de la septième grande rencontre sur le siècle des Patriotes de la série Figures marquantes de notre histoire organisée par la Fondation Lionel-Groulx de concert avec BAnQ et MAtv, et avec le soutien de Québecor, du Mouvement Desjardins, de la Fondation J.A. DeSève, du Fonds de solidarité FTQ, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, de La Coop fédérée et de Fondaction.

    Rappelons également que tous les textes de la série seront en ligne sur notre portail et que les grandes rencontres seront télédiffusées à MAtv en 2021.

    - Lire le texte de Lucia Ferretti

  • RAPPEL - Lionel Groulx (1878-1967) : le mardi 17 novembre 2020, 19 h, en webdiffusion

    Nous vous rappelons que la troisième grande rencontre sur le siècle de la Révolution tranquille de notre série Figures marquantes de notre histoire, avec l’historien Charles-Philippe Courtois, et intitulée « Lionel Groulx (1878-1967) », aura lieu le mardi 17 novembre 2020 à 19 h, en webdiffusion.

    Notez qu’en raison des mesures sanitaires actuelles, la Grande Bibliothèque est fermée au public.

    La grande rencontre aura lieu en ligne dès 19 h :

    - Abonnés de Facebook
    facebook.com/fondationlionelgroulx

    - Non abonnés de Facebook
    direct.webtv.coop/fondationlionelgroulx/

    Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.

  • Il y a urgence d’agir ! Réforme de la loi 101 : le Québec est en appétit

    Cette lettre l’opinion des Partenaires pour un Québec français, coalition dont fait partie la Fondation Lionel-Groulx, est paru le 11 novembre 2020 dans Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec.


    L’urgence linguistique fait les manchettes tous les jours : si nous ne faisons rien, le recul de notre langue commune se poursuivra implacablement et un jour, le Québec français comme nous le connaissons ne sera plus.

    D’ailleurs, le sondage Léger sur l’état de la langue au Québec qui vient tout juste d’être publié témoigne de la grande préoccupation des Québécois à l’égard de la langue française ainsi que de leur appétit pour des actions concrètes (67% veulent que le gouvernement renforce les lois pour améliorer la situation du français au Québec). La pétition de trois jeunes Montréalaises pour faire du français la langue commune dans la métropole est également révélatrice de cette envie que les choses bougent. De fait, tous les récents indicateurs sont au rouge, et le rapport de l’OQLF sur la situation linguistique à Montréal, de même que l’absence de certificat de francisation de plusieurs arrondissements de la Ville, nous confirment qu’un virage majeur s’impose. Des mesures fortes sont par conséquent attendues pour qu’enfin notre loi 101 puisse atteindre ses objectifs. Le gouvernement a le devoir d’agir rapidement et doit sans plus attendre déposer son projet de réforme promis depuis des mois. C’est une réforme costaude que le peuple québécois attend ; le suspense n’a donc que trop duré.

    Mesures prioritaires

    La coalition Partenaires pour un Québec français, regroupant huit organisations syndicales et de la société civile, a proposé 54 recommandations pour contrer les principales faiblesses actuelles de la Charte de la langue française, pour assurer une meilleure vitalité du français ainsi qu’un meilleur accès à la culture francophone. Nous espérons donc que ces dernières se retrouveront dans le très attendu plan d’action du gouvernement. Pour nous, les mesures prioritaires à adopter doivent, entre autres, mettre un terme à l’exigence de la maîtrise de l’anglais généralisée et injustifiée pour plusieurs emplois, favoriser la francisation des nouveaux Québécois, jeunes et adultes, de manière à ce qu’ils maîtrisent tous les aspects de la langue française, permettre aux Québécois d’avoir accès à de rigoureux portraits - établis en toute indépendance - de la situation linguistique sur le territoire. Il faut donc aussi éradiquer le bilinguisme institutionnel, en faisant en sorte que les communications de l’administration publique, judiciaire et hospitalière soient en français, sauf exceptions bien circonscrites.

    Il faut agir

    Le ministre Simon Jolin-Barrette a déclaré à plusieurs reprises que la Ville de Montréal, tel le vaisseau amiral de la langue française, devait jouer un rôle prédominant dans la promotion, la valorisation et la défense du français. Filons la métaphore et affirmons que, pour parvenir à bon port, l’État du Québec doit impérativement en être le capitaine exemplaire afin que la langue officielle s’incarne véritablement dans les pratiques institutionnelles et afin de faire réellement du français la langue commune au Québec. Le cap doit être fixé ! Il ne peut être qu’audacieux, courageux et historique, à l’exemple de nos aïeux.

    Le temps n’est plus aux tergiversations, mais à l’action. Il y a urgence d’agir !

    Jacques Létourneau, président de la CSN

    Marie-Anne Alepin, présidente générale de la SSJB

    Maxime Laporte, président du MQF

    Sonia Éthier, présidente de la CSQ

    Christian Daigle, président du SFPQ

    Sylvain Mallette, président de la FAE

    Thérèse David, présidente du MNQ

    Jacques Girard, président de la Fondation Lionel-Groulx

  • Situation du français au Québec : une majorité de Québécois se disent préoccupés et souhaitent un renforcement de la législation révèle un sondage Léger

    Ce matin, la Fondation Lionel-Groulx et le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ) rendent public les résultats d’un sondage réalisé par la firme Léger en septembre dernier, dont les résultats sans équivoque témoignent de l’inquiétude des Québécois à l’égard de l’état de leur langue, ainsi que l’appétit d’une forte majorité des répondants à renforcer la législation visant à assurer la pérennité du français.

    Si 59% des répondants estiment que la situation du français au Québec s’est dégradée depuis les 10 dernières années, 62% des Québécois se montrent pessimistes face à l’avenir de celle-ci. Chez les francophones, les données nous indiquent que pas moins de 71% de la population se dit préoccupée.

    Dans ce contexte, le sondage exprime clairement la position d’une majorité de Québécois : 67% sont d’accord pour adopter ou renforcer des lois afin d’améliorer la situation du français au Québec. Fait à noter, ce constat est partagé par toutes les générations, notamment par une majorité de jeunes âgés entre 18 et 34 ans (56%). Chez les francophones, ce sont 77% d’entre eux qui souhaitent consolider ces mesures. Par ailleurs, dans le cadre du sondage, le niveau d’accord des Québécois sur plusieurs enjeux spécifiques touchant notamment à la francisation des nouveaux arrivants, la langue de travail, l’affichage et les institutions a été mesuré : les résultats qui en découlent sont sans équivoque.

    Les deux organisations, issues de la société civile, appellent le gouvernement à déposer sans délais son plan d’action pour répondre à la demande des Québécois sondés qui indiquent que le Québec souhaite ardemment protéger sa langue officielle en adoptant des mesures structurantes. Dans un contexte où le gouvernement actuel en est déjà à la moitié de son mandat, elles exhortent celui-ci à déposer rapidement son plan d’action promis pour répondre aux attentes des citoyens.

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter les documents suivants :

    - Le rapport complet sur les résultats du sondage (PDF)
    - Le communiqué de presse (PDF)
    - La vidéo dévoilant les résultats du sondage
    - La lettre d’opinion signée par la Fondation Lionel-Groulx et le MNQ
    - L’article de Patrick Bellerose dans Le Journal de Montréal

Nous joindre :

261, avenue Bloomfield
Outremont (Québec) H2V 3R6
Téléphone : 514 271-4759
Courriel : Cliquez ici

Nous suivre :

Actualité de l'histoire

L'histoire du Québec dans les wikimédias

Ressources éducatives libres

Figures marquantes de notre histoire

Rendez-vous d'histoire de Québec

Dix journées qui ont fait le Québec

Le métro, véhicule de notre histoire