Accueil du site >La Fondation >Dons de députés en 2013

Dons de députés en 2013

Outre les contributions des membres associés et des sociétés partenaires, la Fondation Lionel-Groulx reçoit un soutien financier des députés figurant dans la liste ci-dessous :


Notez que les montants ne sont pas des cumulatifs, mais correspondent aux dons pour l’année 2013. (Voir la liste pour l’année 2011 et 2012.)

  • Stéphane Bergeron, ministre de la Sécurité publique — 1000$
  • Martine Ouellet, ministre des Ressources naturelles — 1000$
  • Pascal Bérubé, ministre délégué au Tourisme — 500$
  • Yves-François Blanchet, ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs — 500$
  • Daniel Breton, député de Saint-Marie-Saint-Jacques — 500$
  • Alexandre Cloutier, ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste — 500$
  • Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne — 500$
  • Pierre Duchesne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie — 500$
  • Sylvain Gaudreault, ministre des Transports — 500$
  • Maka Kotto, ministre de la Culture et des Communications — 500$
  • Marie Malavoy, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport — 500$
  • Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l’Économie — 500$
  • Élaine Zakaïb, ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec — 500$
  • Claude Cousineau, vice-président de l’Assemblée nationale — 300$
  • Pauline Marois, première ministre du Québec — 300$
  • Jean-François Lisée, ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur — 250$
  • Nicole Léger, ministre de la Famille — 200$
  • Bertrand St-Arnaud, ministre de la Justice et Procureur général — 200$
  • Denise Beaudoin, députée de Mirabel — 100$
  • Denis Trottier, député de Roberval — 100$
« Nulle nation, si petite soit-elle, n’a l’obligation, encore moins le devoir d’accepter le génocide par complaisance pour un plus puissant. Le droit des petites nations à la vie n’est inférieur en rien au droit des grandes nations. »
Lionel Groulx, 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0