Accueil du site >Actualité >Figures marquantes de notre histoire — Montréal : une cinquième rencontre (...)

Figures marquantes de notre histoire — Montréal : une cinquième rencontre exceptionnelle

mercredi 25 janvier 2017

JPEG - 21.3 ko
Crédit photo : A. C. Lévesque

Hier soir, mardi le 24 janvier 2017, se déroulait à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque la cinquième grande rencontre de la série Figures marquantes de notre histoire — Montréal, organisée par la Fondation Lionel-Groulx en collaboration avec BAnQ, MAtv, Québecor et le Fonds de solidarité FTQ.

Lors de cet événement, qui fit salle comble malgré le verglas, le grésil et la neige tombés durant la journée, l’historien Éric Bédard recevait l’historienne et biographe Andrée Lévesque pour discuter d’Éva Circé-Côté (1871-1949), une bibliothécaire qui était aussi une femme de lettres et une journaliste aux idée progressistes et d’avant-garde.

Rappelons que la rencontre a été captée par MAtv et qu’elle sera diffusée à l’automne 2017. Rappelons également que le texte d’Andrée Lévesque sur Éva Circé-Côté sera publié prochainement sur notre portail.

Pour plus d’information, consultez la section de notre portail consacrée à la série.

- Photographie de l’auditoire du 24 janvier 2017

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0