Accueil du site >Histoire du Québec >Bibliothèque de l’histoire du Québec >Histoire populaire du Canada (Jacques de Baudoncourt)

Histoire populaire du Canada (Jacques de Baudoncourt)

JPEG Titre : Histoire populaire du Canada d’après les documents français et américains

Auteur : Jacques de Baudoncourt

Éditions : 1ère éd. : Paris, Bloud et Barral, libraires-éditeurs, 1886, 510 p. ; 2e éd. : Paris, Bloud et Barral, libraires-éditeurs, 1886, 510 p. et Montréal, Cadieux et Derome, 1886, 510 p.

Description : En cette deuxième moitié du XIXe, la France lettrée redécouvre une ancienne colonie française cédée à la Grande-Bretagne en 1763. On s’étonne des progrès accomplis par un pays qu’on associe toujours spontanément aux « quelques arpents de neige » de Voltaire. Pour comprendre ce qui a bien pu se produire de l’autre côté de l’Atlantique, on cherche une histoire complète du Canada : elle est introuvable à Paris. Les livres d’histoire qu’on fait venir d’Amérique (Bancroft, Parkman, Ferland, Garneau, Casgrain, Laverdière, Martin, etc.) permettent d’en apprendre plus, mais encore là aucune des synthèses abrégées disponibles n’est à jour en 1886. C’est pour remédier à ce problème que Jacques de Baudoncourt rédige les quelque 500 pages de son Histoire populaire du Canada, qui puise aux documents français et américains. Comme l’indique le titre, il s’agit d’une « histoire populaire », dont le récit n’est pas truffé « de citations, de notes et de preuves [1] » et dont le but est tout simplement « de vulgariser les documents contenus dans les gros livres [2] » pour le bénéfice des lecteurs français.

Références : Armand Yon, RHAF, vol. 19, n° 2, 1965, p. 254-269.

En ligne : archive.org, gallica.bnf.fr

Notes

[1] Jacques de Baudoncourt, Histoire populaire du Canada d’après les documents français et américains, Paris, Bloud et Barral, libraires-éditeurs, 1886, p. iii.

[2] Ibid., p. iv.

« Libérez toutes les formes de beauté en puissance dans le génie natal, libérez les poèmes qui attendent l’heure de naître, afin qu’un jour prochain, dans ce petit pays redevenu libre et beau, un peuple sente, à en pleurer d’émotion, la joie et la grandeur de vivre. »
Lionel Groulx, 12 février 1936.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0