Accueil du site >Histoire du Québec >Bibliothèque de l’histoire du Québec >Histoire populaire du Québec (Jacques Lacoursière)

Histoire populaire du Québec (Jacques Lacoursière)

JPEG Titre : Histoire populaire du Québec

Auteur : Jacques Lacoursière (1932-)

Éditions : Sillery : Septentrion, 1995-1997 et 2008, cinq tomes ; Sainte-Foy : Logiciels de Marque, 1997, 1 disque (CD-ROM).

Description : Avant l’Histoire populaire du Québec en cinq tomes, il y a eu les 144 fascicules de l’encyclopédie Nos racines. l’histoire vivante des Québécois de Jacques Lacoursière et Hélène-Andrée Bizier, parus de 1979 à 1983, et qui en constituent le point de départ. L’histoire que raconte Lacoursière est destiné au grand public. Elle est rédigée dans un style simple et claire, à l’occasion agrémenté d’humour, qui donne la parole aux acteurs de l’histoire à l’aide de citations. Lacoursière prend le temps de décrire, pour chaque époque, le mode de vie et les mœurs des « gens ordinaires ».

Comme l’écrit l’historien émérite Jean Hamelin dans la préface du quatrième tome de l’Histoire populaire du Québec, Lacoursière « [...] préfère décrire comment [les transformations du pays réel et du pays symbolique] sont perçues et vécues au jour le jour, tant par les individus que par les groupes sociaux. Il utilise une méthode qu’il a bien rodée au fil des ans. Son récit, qui met en scène des personnages et des événements, s’appuie sur une trame rigoureusement chronologique. Autant de petites touches impressionnistes qui transportent le lecteur dans une autre époque et le font participer et vibrer à des événements, des conflits, des rêves qui ont façonné son présent. [1] »

Références : Éric Bédard, BHP, vol. 18, n° 1 ; Jeanne Valois, RS, vol. 51, n° 1-2, 2010, p. 281-282. ; Ronald Rudin, RHAF, vol. 52, n° 1, 1998, p. 89-91.

En ligne : septentrion.qc.ca

Notes

[1] Jean Hamelin, « Préface », dans Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, tome 4, 1997, p. 8

« Chaque génération, depuis 1760, a dû mériter de rester française. Celle d’aujourd’hui ni celle de demain ne le resteront à un moindre prix. »
Lionel Groulx, 1952.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0