Accueil du site >Actualité >Dévoilement du mémorial Louis-Riel/Marie-Anne Gaboury à Maskinongé

Dévoilement du mémorial Louis-Riel/Marie-Anne Gaboury à Maskinongé

lundi 16 novembre 2015

JPEGSamedi le 14 novembre dernier avait lieu à Maskinongé le dévoilement du mémorial Louis-Riel/Marie-Anne Gaboury. Ce mémorial est constitué de deux bustes en bronze : un premier est à l’effigie de Louis Riel, le célèbre chef métis, et un second à l’effigie de sa grand-mère, Marie-Anne Gaboury, pionnière de l’Ouest canadien.

Le dévoilement du mémorial s’est déroulé en présence de l’ancien premier ministre, monsieur Bernard Landry, du maire de Maskinongé, monsieur Roger Michaud, des membres du Conseil municipal de Maskinongé, des membres du Comité du Mémorial, de l’artiste qui a réalisé l’œuvre, monsieur Jules Lasalle, du député de Saint-Jérôme et chef du Parti québécois, monsieur Pierre Karl Péladeau, de monsieur Gilles Laporte, président du MNQ, de monsieur Benoît Roy, président du Comité du Mémorial Louis-Riel/Marie-Anne Gaboury à Maskinongé, ainsi que de nombreuses autres personnalités.

Rappelons que la Fondation Lionel-Groulx a apporté une contribution de 1 000 $ à la réalisation de ce projet commémoratif.

Pour de plus amples informations :

- memorialriel-gaboury.quebec

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0