Le métro, véhicule de notre histoire

La Fondation Lionel-Groulx est fière de vous présenter son grand projet de commémoration de figures marquantes de notre histoire dans le métro de Montréal.

Nous avons en effet constaté que sur les 68 stations de métro réparties sur le territoire métropolitain 28 portent le nom de personnages importants de l’histoire du Québec et de Montréal sans malheureusement qu’aucune information à leur sujet ne soit disponible pour les usagers et pour les visiteurs. (Voir la carte interactive des 28 stations en question.)

À l’occasion et dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, il nous a semblé essentiel de corriger cette lacune.

Pour ce faire, avec le soutien de la Société de transport de Montréal et de Québecor, la Fondation Lionel-Groulx :

  • a conçu et réalisé des plaques commémoratives qui seront installées sur les quais des 28 stations concernées
  • contribue à améliorer la qualité de l’information disponible sur ces personnages dans l’encyclopédie en ligne Wikipédia
  • tient une grande exposition sur ces 28 figures marquantes dans la Passerelle des Arts située dans le métro Place-des-Arts
  • a publié sur ces 28 personnages un cahier spécial de 12 pages dans le Journal de Montréal

Note : les notices biographiques suivantes ont été préparées par l’historien Stéphane Stapinsky et les illustrations par Christian Robert de Massy. Le design visuel des plaques commémoratives et de l’exposition a été réalisé par Ann-Sophie Caouette et Liette Bernard.


JPEG - 36.2 ko

1. Edwin Atwater (1808-1874)

Homme d’affaires et politicien, il est une figure marquante de la vie publique montréalaise au XIXe siècle. Il participe à la fondation de la Compagnie du télégraphe et de la Banque d’épargne de la cité et du district de Montréal. Il est aussi échevin du quartier Saint-Antoine et dirige la Commission de l’aqueduc et le Bureau de commerce de la ville.


En savoir plus...


JPEG - 37 ko

2. Honoré Beaugrand (1848-1906)

Militaire, journaliste, propriétaire de journaux, homme politique et écrivain, il est maire de Montréal (1885-1887) au moment de l’affaire Riel et d’une grave épidémie de variole. Tout jeune, il combat au Mexique dans l’armée de l’empereur Maximilien. À son retour, il fonde le journal La Patrie (1879). Reconnu avant tout comme écrivain, il reste, pour la postérité, l’auteur de La Chasse galerie : légendes canadiennes.


En savoir plus...


JPEG - 29.7 ko

3. Henri Bourassa (1868-1952)

Homme politique et journaliste, tribun célèbre, il fonde le quotidien nationaliste montréalais Le Devoir, qu’il dirige de 1910 à 1932. Esprit libre, il rompt avec le Parti libéral de Wilfrid Laurier au moment de la guerre des Boers. Son nationalisme est basé sur la promotion de la dualité culturelle du Canada et la défense de l’autonomie de ce dernier face à la Grande-Bretagne.


En savoir plus...


JPEG - 37.3 ko

4. Antoine Laumet, dit de Lamothe Cadillac (1658-1730)

Militaire et explorateur français, il est l’un des personnages les plus colorés et controversés de la Nouvelle-France. Commandant de Michillimakinac en 1694, il fonde en 1701 le fort Pontchartrain, où est édifiée aujourd’hui la ville de Détroit, Michigan. Rentré en France après avoir été gouverneur de la Louisiane (1713-1716), il est, jusqu’à son décès, gouverneur de Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne).


En savoir plus...


JPEG - 36 ko

5. George-Étienne Cartier (1814-1873)

Avocat et homme politique qui domine la scène publique québécoise pendant toute une génération. Il participe, dans sa jeunesse, à la Rébellion de 1837-1838. Sa carrière prend par la suite une tournure moins radicale. Chef du Parti conservateur pendant 25 ans, copremier ministre du Canada-Uni avec John A. Macdonald (1857-1862), il est l’un des Pères de la Confédération canadienne.


En savoir plus...


JPEG - 27.5 ko

6. Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761)

Jésuite, voyageur et historien français, il explore, entre 1720 et 1722, l’intérieur du continent nord-américain et atteint la Louisiane et l’embou chure du Mississippi. Auteur d’une monumentale Histoire et description générale de la Nouvelle-France (1744), qui puise notamment dans ses observations, il est souvent présenté comme le premier véritable historien de la Nouvelle-France. Son œuvre, marquante en son siècle, influence les générations ultérieures d’historiens québécois.


En savoir plus...


JPEG - 26.8 ko

7. Octave Crémazie (1827-1879)

Libraire et poète, il est l’un des fondateurs de l’Institut canadien de Québec. En 1858, la publication de son poème Le drapeau de Carillon, évoquant la victoire éclatante de Montcalm sur les Anglais un siècle plus tôt, le consacre « poète national » du Canada français. Après la faillite de sa librairie, en 1862, il s’exile en France et y meurt quelques années plus tard.


En savoir plus...


JPEG - 26.8 ko

8. Jean Drapeau (1916-1999)

Avocat et homme politique, il est maire de Montréal de 1954 à 1957, puis, sans interruption, de 1960 à 1986. Ses projets grandioses, qu’il défend avec une volonté opiniâtre, le rendent populaire auprès des Québécois. On lui doit le métro, l’Expo 67 et les Jeux olympiques de 1976. Durant cette période, il est l’incarnation de Montréal sur les scènes nationale et internationale.


En savoir plus...


JPEG - 28.8 ko

9. Édouard-Charles Fabre (1827-1896)

Troisième évêque et premier archevêque de Montréal (1886). Succédant à Ignace Bourget, il met bon ordre aux finances du diocèse, ce qui lui permet de compléter l’imposante cathédrale Saint-Jacques, devenue Marie-Reine-du-Monde. Durant son épiscopat, il développe le réseau éducatif, accueille plusieurs communautés religieuses européennes et fonde de nombreuses paroisses. En 1889, il persuade Rome d’accorder à l’Université de Montréal, alors rattachée à l’Université Laval, une autonomie accrue.


En savoir plus...


JPEG - 43.1 ko

10. Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698)

Militaire, gouverneur de la Nouvelle-France (1672-1682 ; 1689-1698). Personnage controversé, Frontenac donne une impulsion décisive à la création d’un empire français en Amérique et s’affirme comme un rempart efficace contre les attaques des Iroquois et des colonies anglaises. Son attitude héroïque face aux troupes de l’amiral Phips, lors de la bataille de Québec en 1690, le fait entrer dans la légende.


En savoir plus...


JPEG - 30.1 ko

11. Lionel Groulx (1878-1967)

Prêtre, éducateur, historien, écrivain, maître à penser du nationalisme québécois au XXe siècle. Professeur à l’Université de Montréal, il y instaure l’enseignement de l’histoire nationale. En 1946, il fonde l’Institut d’histoire de l’Amérique française, et sa revue l’année suivante. Afin de soutenir ses recherches, des amis de l’historien créent, en 1956, la Fondation Lionel-Groulx. Son œuvre, monumentale, lui vaut le qualificatif d’« historien national », cent ans après François-Xavier Garneau.


En savoir plus...


JPEG - 43.6 ko

12. Pierre Le Moyne, sieur d’Iberville (1661-1706)

Navigateur, militaire et explorateur, d’Iberville est l’homme de guerre le plus illustre de l’histoire québécoise. Ses exploits les plus fameux contre les Anglais ont pour théâtres la baie d’Hudson et Terre-Neuve. Il fonde la Louisiane (1700), dont il est le premier gouverneur. Surnommé le « Cid canadien », il est le premier véritable héros de la Nouvelle-France.


En savoir plus...


JPEG - 27.2 ko

13. Barthélemy Joliette (1789-1850)

Notaire, seigneur, entrepreneur et homme politique. Député à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada, il est ensuite membre du Conseil législatif, où il siège jusqu’à sa mort. Il épouse Marie-Charlotte de Lanaudière, dont la famille possède la seigneurie de Lavaltrie ; il en devient l’administrateur, puis le coseigneur, et assure son développement grâce à l’industrie du bois. Il y fonde, au milieu des années 1820, le village d’Industrie, aujourd’hui Joliette.


En savoir plus...


JPEG - 34.7 ko

14. Lucien L’Allier (1909-1978)

Ingénieur et fonctionnaire, il supervise, à partir de 1961, à titre de directeur du Service des travaux publics de Montréal, la construction du réseau initial du métro, puis l’aménagement des îles Notre-Dame et Sainte-Hélène en vue de l’Expo 67. De 1964 à sa retraite en 1974, il est président de la Commission de transport de Montréal.


En savoir plus...


JPEG - 27.7 ko

15. François-Charles-Stanislas Langelier (1838-1915)

Avocat, professeur, journaliste et homme politique, il est commissaire des Terres et trésorier provincial, maire de Québec (1882-1890), juge en chef et lieutenant-gouverneur de la province (1911-1915). Il enseigne à la Faculté de droit de l’Université Laval (1863-1915), dont il est aussi le doyen. En 1908, il préside les fêtes du tricentenaire de la ville de Québec.


En savoir plus...


JPEG - 39.4 ko

16. René-Robert Cavelier de LaSalle (1643-1687)

Explorateur, fondateur de Lachine, figure controversée du régime français, il est, en 1682, le premier Européen à descendre le Mississippi jusqu’à son embouchure ; il revendique alors la « Louisiane » au nom du roi de France. En 1684, il dirige une nouvelle expédition afin d’atteindre par la mer les bouches du fleuve, mais est assassiné par son équipage avant d’y parvenir.


En savoir plus...


JPEG - 32.2 ko

17. Wilfrid Laurier (1841-1919)

Avocat, journaliste et homme politique, chef du Parti libéral du Canada (1887-1919), il est le premier Québécois à accéder au poste de premier ministre fédéral (1896-1911). Figure qui transcende son époque, Laurier fait entrer le Canada dans le XXe siècle. Partisan de la « bonne entente » entre francophones et anglophones, il a, selon ses adversaires nationalistes, trop souvent sacrifié les intérêts des premiers au nom de l’unité nationale.


En savoir plus...


JPEG - 30 ko

18. Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay (1626-1685)

Militaire, commerçant et seigneur français. Maîtrisant les langues amérindiennes, il devient interprète à la garnison de Trois-Rivières. En 1646, il s’établit à Ville-Marie, dont il est l’un des chefs militaires. Jusqu’à sa mort, il participe activement aux guerres franco-iroquoises. En 1657, il reçoit un fief, sur la rive sud de Montréal, qui deviendra la seigneurie de Longueuil. Il est le père de d’Iberville, fondateur de la Louisiane.


En savoir plus...


JPEG - 39.7 ko

19. James McGill (1744-1813)

Marchand, propriétaire foncier, homme politique et philanthrope écossais, qui fait fortune grâce au commerce des fourrures. Intéressé à la vie publique, il assume plusieurs fonctions importantes à Montréal et est député (1792 et 1800) à la Chambre d’assemblée. Préoccupé d’éducation, il lègue à sa mort une somme d’argent et une terre afin qu’y soit fondée l’université qui porte aujourd’hui son nom.


En savoir plus...


JPEG - 35.9 ko

20. François-Xavier de Montmorency-Laval (1623-1708)

Vicaire apostolique en Nouvelle-France, premier évêque de Québec (1674–1688). Louis XIV lui confie en 1658 le diocèse de Québec qui couvre alors presque toute l’Amérique du Nord. Il y organise la vie religieuse, favorisant grandement l’essor de l’Église. Retiré à Québec, il se consacre à la prière et au Séminaire qu’il a fondé. Il est canonisé par le pape François en 2014.


En savoir plus...


JPEG - 23.4 ko

21. Édouard Montpetit (1881-1954)

Avocat, économiste et universitaire, il fonde, en 1920, l’École des sciences sociales, économiques et politiques, qui devient en 1942 une faculté de l’Université de Montréal. Il occupe plusieurs postes au sein de cette institution, dont celui de secrétaire général. En 1930, il préside une commission d’enquête gouvernementale visant à poser les jalons d’un système québécois de sécurité sociale.


En savoir plus...


JPEG - 34.4 ko

22. Joseph Papineau (1752-1841)

Arpenteur, notaire, seigneur et homme politique, père du célèbre patriote Louis-Joseph Papineau. Bourgeois fortuné, il acquiert en 1803 la seigneurie de la Petite-Nation (Outaouais). Député de Montréal à l’Assemblée législative, ardent défenseur de la langue française, il joue un rôle déterminant, en 1793, lors du débat sur la langue de la législation et des délibérations parlementaires.


En savoir plus...


JPEG - 29.7 ko

23. Raymond Préfontaine (1850-1905)

Avocat et homme politique, maire de Montréal (1898-1902) qui a le souci de la modernisation de la ville. Président du Comité des chemins (1889-1898), il améliore les infrastructures urbaines, introduit l’éclairage électrique et le tramway. Maire, il adopte un mode de gouvernance plus efficace. Député libéral fédéral depuis 1886, il termine sa carrière comme ministre de la Marine et des Pêcheries de Wilfrid Laurier.


En savoir plus...


JPEG - 38.1 ko

24. Pierre-Esprit Radisson (1636-1710)

Explorateur, coureur des bois, trafiquant, interprète, personnage controversé de la Nouvelle-France, plus grand que nature, opportuniste et sans scrupule, changeant fréquemment d’allégeance, mais aussi habile et courageux. De 1657 à 1687, il organise, avec Médard Chouart Des Groseilliers, d’innombrables expéditions aux Grands Lacs et à la baie d’Hudson pour la France et l’Angleterre. Les deux compagnons participent à la fondation de la Compagnie de la Baie d’Hudson.


En savoir plus...


JPEG - 31.4 ko

25. John Coape Sherbrooke (1764-1830)

Militaire et administrateur colonial. Il est désigné (1811) au poste de lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse. Les qualités dont il fait preuve lui valent d’être nommé, en 1816, gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique, fonction qu’il occupe jusqu’en 1818. Fin diplomate, il sait se ménager l’appui de chefs canadiens-français comme Louis-Joseph Papineau, ce qui vaut à la colonie une période d’accalmie.


En savoir plus...


JPEG - 36 ko

26. Jean Talon (1626-1694)

Administrateur français, premier intendant de la Nouvelle-France (1665-1668 ; 1670-1672) chargé de mettre en place le gouvernement royal et de développer la colonie. Il met tout en œuvre pour diversifier l’économie, réorganiser la justice, accroître la population et faciliter les communications. Avisé et énergique tout autant que visionnaire, il transforme la Nouvelle-France : jusqu’alors colonie-comptoir dirigée par une compagnie, elle devient une véritable colonie de peuplement.


En savoir plus...


JPEG - 38.4 ko

27. Georges Vanier (1888-1967)

Avocat, militaire, diplomate, premier Québécois à assumer la fonction de gouverneur général du Canada (1959-1967). Il participe avec distinction à la Première Guerre mondiale au sein du Royal 22e Régiment, dont il est l’un des fondateurs, et qu’il commande plus tard (1925-1928). Sa nomination comme premier ambassadeur canadien en France (1944-1953) vient couronner sa carrière diplomatique.


En savoir plus...


JPEG - 25 ko

28. Charles-Théodore Viau (1843-1898)

Homme d’affaires montréalais, dont le patronyme évoque une marque populaire de biscuits. En 1867, il ouvre une boulangerie, qui devient rapidement florissante, et crée le biscuit Village qui fera sa renommée. Propriétaire foncier à Maisonneuve et à Longue-Pointe, il conçoit le projet d’y bâtir une ville modèle. Les façades de pierre grise (une condition imposée par lui) de l’actuel quartier Viauville rappellent ce rêve inabouti.


En savoir plus...

« Chaque génération, depuis 1760, a dû mériter de rester française. Celle d’aujourd’hui ni celle de demain ne le resteront à un moindre prix. »
Lionel Groulx, 1952.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0