Accueil du site >Actualité >Qui se souvient du Règlement XVII ?

Qui se souvient du Règlement XVII ?

lundi 19 novembre 2012

JPEG - 85.2 ko
Le Règlement XVII. Ontario, Department of Education, Roman Catholic Separate Schools and English-French Public and Separate Schools (Circular of Instructions No 17), p. 1.
Source : Fonds Association canadienne-française de l’Ontario (C2/82/7). Université d’Ottawa, CRCCF.

Il y a un siècle, en 1912, le gouvernement de l’Ontario adoptait une mesure visant à interdire l’usage du français dans les écoles fréquentées par les élèves franco-ontariens et à faire de l’anglais la seule langue d’enseignement. Le Règlement XVII limitait l’enseignement en français et son usage comme langue de communication aux deux premières années du primaire. Devant la brutalité d’une telle mesure, la mobilisation est massive. Des écoles et paroisses, elle gagne rapidement la classe politique. Les milieux nationalistes canadiens-français s’engagent dans la lutte. Le Québec appuie le mouvement de résistance dirigé par l’Association canadienne-française d’éducation d’Ontario (ACFEO) par divers moyens : cueillettes de fonds, pétitions, pressions politiques, interventions des marchands et des industriels. Les journaux soutiennent également la lutte des écoles françaises de l’Ontario contre le Règlement XVII. Cette mobilisation des « frères » du Québec contribuera à la pression exercée sur le gouvernement de l’Ontario et à la mise en veilleuse du Règlement XVII en 1927.

Pour commémorer cette lutte, une exposition virtuelle est aujourd’hui mise en ligne. Elle est consacrée à ce mythe fondateur de l’Ontario français qu’est devenu le Règlement XVII. Développée à partir des pages de La présence française en Ontario : 1610, Passeport pour 2010 consacrées aux revendications et aux luttes scolaires, elle l’enrichit grâce à une analyse approfondie de la mobilisation à laquelle ce règlement hautement contesté a menée. Elle est le produit de la collaboration entre le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) et la Fondation Lionel-Groulx. Elle a bénéficié du support financier du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du gouvernement du Québec (SAIC).

Pour voir cette exposition :

- www.crccf.uottawa.ca/reglement17

Partager cet articlePartager cet article URL doc
« Chaque génération, depuis 1760, a dû mériter de rester française. Celle d’aujourd’hui ni celle de demain ne le resteront à un moindre prix. »
Lionel Groulx, 1952.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0